Nigeria: près de 500 femmes et enfants libérés en trois jours

Photo prise par l'armée nigériane dans la forêt de Sambisa, dans l'Etat de Borno, supposée montrer un soldat nigérian avec des femmes et des enfants libérés de Boko Haram, jeudi 30 avril.
© AFP PHOTO / NIGERIAN ARMY

L’armée nigériane a annoncé ce jeudi avoir libéré 160 femmes et enfants retenus par Boko Haram. Près de 500 femmes et enfants enlevés par le groupe islamiste ont ainsi été libérés depuis mardi 28 avril par l'armée nigériane, lancée à l'attaque du principal repaire de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria.

« Les femmes et les jeunes filles étaient détenues dans des conditions inhumaines », a déclaré le porte-parole de l’armée nigériane cet après-midi. Des enquêtes seront ouvertes pour déterminer leur ville d’origine, le moment de leur capture, mais aussi pour vérifier si elles étaient bien toutes captives, et non complices de Boko Haram. Les jeunes femmes suivent par ailleurs des examens psychologiques et médicaux sous protection militaire à Gwoza, une ville du sud-est de l'Etat de Borno dont plusieurs quartiers sont encore sous le contrôle de Boko Haram.

Le nombre de personnes évacuées n’a pas encore été confirmé de source indépendante. Rien ne permet non plus d’affirmer que des écolières enlevées à Chibok en avril 2014 se trouvent parmi les groupes libérés. Les exfiltrations ne sont pas le fruit d’une négociation, elles ont été menées à la faveur d’une offensive menée par la septième division de l’armée nigériane. Un responsable militaire a indiqué à l’AFP qu’une captive présumée et un soldat avaient été tués dans l'opération de sauvetage de ce jeudi.

L’armée a annoncé d’autres opérations contre Boko Haram à Sambisa, vaste forêt où Boko Haram a établi son QG, non loin des monts Mandara et de la frontière avec le Cameroun. Elle espère que d’autres otages seront libérés au cours de ces nouvelles prochaines offensives.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.