Burundais et Rwandais du Burundi fuient les affrontements

Des Burundais fuient leur pays pour le Rwanda voisin.
© AFP PHOTO / STEPHANIE AGLIETTI

Depuis un mois, plus de 15 000 Burundais se sont réfugiés au Rwanda et dans le Sud-Kivu dans l’Est de la RDC pour fuir le climat qui se dégrade dans le pays à l'approche des élections générales de juin, un mouvement qui ne cesse de s'amplifier. Mais ce ne sont pas les seuls Burundais qui fuient le pays, il en est de même des Rwandais vivant au Burundi, estimés à 8000 environ selon leur ambassade.

Fuyant la tension qui monte à l'approche des élections de juin, plus de 15 000 Burundais ont quitté leur pays pour se réfugier au Rwanda et en RDC, notamment à Uvira, dans le Sud-Kivu. Une situation qui n’est pas simple pour le pays. Selon le porte-parole du gouvernement de Kinshasa, Lambert Mende Omalanga, le gouvernement cherche avec les organismes des Nations unies les moyens de loger décemment tous ces réfugiés. Mais pas question pour Kinshasa de s'ingérer dans les affaires intérieures du Burundi.

« La solidarité africaine est en train d’agir. Les réfugiés burundais vivent chez l’habitant. Le gouvernement et le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés s’activent pour leur trouver un lieu d’accueil décent, mais il est évident qu’un si grand nombre de réfugiés dans un territoire comme Uvira, nous pose un problème de capacité d’accueil. Nous travaillons donc avec les services compétents des Nations unies pour pouvoir les accueillir de manière appropriée », a-t-il expliqué, jeudi 30 avril au cours d'une rencontre avec la presse à Kinshasa.

« Pour le reste, nous ne pouvons que souhaiter que la situation qui prévaut actuellement au Burundi puisse évoluer et se dénouer par des voies pacifiques qui permettraient à ces frères et sœurs de rentrer rapidement à la maison. Nos préoccupations c’est lorsqu’un Burundais traverse la frontière de la RDC, se retrouve au Congo-Kinshasa au Sud-Kivu, perturbe notre écosystème, perturbe la quiétude de nos compatriotes d’Uvira, cela ça nous préoccupe. Ça se limite à ça. Nous n’avons pas à faire autre chose », a précisé le porte-parole du gouvernement.

De nombreux Rwandais fuient également le Burundi

Chaque jour, ce sont également 800 Rwandais en moyenne qui fuient le Burundi. Selon un diplomate rwandais, c’est plus de dix fois ce qu’il voyait défiler chaque jour d’habitude.

Ainsi, à 18h30 ce jeudi 30 avril, des dizaines de personnes se pressaient encore à l’ambassade du Rwanda à Bujumbura. « Je suis Rwandais résidant ici au Burundi. Je viens pour chercher les papiers, les documents parce que je dois fuir le pays. Il y a l’insécurité, il y a le chaos, c’est le chaos total », explique cet homme qui souhaite rester anonyme, par peur dit-il, avant de justifier son départ de ce Burundi où il est né : « J’ai ma famille ici, j’ai des enfants. Il y a ma femme qui est déjà partie avec le bébé. J’attendais parce que les autres enfants étaient à l’école, mais maintenant on est obligés de partir tous, il n’y a plus d’école donc ils n’ont rien à faire ici. »

A l'ambassade, un officier rwandais égrène les noms de ceux qui peuvent d'ores et déjà retirer leur laissez-passer, le sésame qui va leur permettre de regagner le Rwanda dès aujourd’hui.

Une ambassade débordée

Certains Rwandais sont là par mesure de prudence. « Nous habitons ici au Burundi. On voit qu’il y a de l’insécurité et on s’est dit qu’il fallait aller chercher des papiers. On s’est dit qu’il fallait les avoir sur soi car on ne peut pas prédire la suite des événements », résume une femme présente à l'ambassade, coiffeuse de son état.

Louis, la cinquantaine, cherche à faire partir sa fille, sa petite fille et sa tante, mais ça n’est pas facile. « Il y a plein de gens qui viennent récupérer les papiers pour se rendre au Rwanda, du coup ils refusent du monde. Ça fait deux, trois jours que c’est plein », explique-t-il.