Niger: des prières pour les victimes de Boko Haram au lieu du défilé

Des soldats nigériens patrouillent dans le nord du Nigeria, sur les traces de Boko Haram.
© AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES

Au Niger, pas de défilé pour ce 1er-Mai, mais des prières. Depuis mercredi 29 avril, le pays observe un deuil de trois jours après l’attaque de Boko Haram qui a fait 74 morts, samedi 25 avril sur le lac Tchad. Les Nigériens ont donc participé à des prières collectives en mémoire des victimes.

Pour la première fois dans l’histoire de la fête du Travail au Niger, il n’y a pas eu de défilé ce 1er-Mai. L’ensemble des travailleurs se sont donné rendez-vous dans les mosquées et les églises selon les confessions, pour rendre hommage aux soldats disparus dans l’île de Karanga.

« Ce matin, nous sommes là pour prier en l’honneur des mémoires de nos compatriotes tombés sur le front, donc sur le champ d’honneur. Nous avons fait appel à l’association islamique, aux oulémas, pour nous encadrer dans la prière, nous diriger dans cette prière collective et cette Fatiha [sourate d'ouverture du Coran, ndlr], à l’endroit de ces vaillants Nigériens tombés sur le champ d’honneur », explique Sofo Salifou, secrétaire général de l’Union générale des travailleurs du Niger (UGTN).

La mort de 46 soldats et 28 civils coïncide avec le démarrage imminent du grand ratissage des îles du lac Tchad par les armées alliées.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.