Viols en RCA: le gouvernement centrafricain dit son «indignation»

Un blindé français de la force Sangaris, dans les rues de Bangui en RCA, le samedi 16 août 2014.
© AFP PHOTO / PACOME PABANDJI

Le gouvernement centrafricain réagit aux accusations de viols portés par des enfants du camp de déplacés Mpoko, à Bangui, à l'encontre de soldats français, tchadiens et guinéo-équatoriens. Les faits remonteraient à décembre 2013 et couvriraient une période allant jusqu'au mois de mai 2014. Le gouvernement suit l'évolution de l'enquête, notamment celle ouverte à Bangui jeudi dernier, et espère prochainement identifier les enfants afin de leur assurer une prise en charge médicale et sociale.

Le gouvernement suit avec une attention toute particulière l’évolution de ce dossier. Si ces faits sont avérés, le gouvernement ne peut qu’exprimer son indignation. Parce que ce sont des actes qui n’honorent pas leurs auteurs et ça jette du discrédit, à la fois sur l’institution qui a envoyé ces soldats à Bangui et la noble mission pour laquelle ils étaient en République centrafricaine. Le gouvernement se tient bien entendu, aux côtés de ces enfants qui certainement ont subi un traumatisme. Cela dit, nous suivons l’évolution de ce dossier. La justice centrafricaine s’en est déjà saisie. Ce sont les résultats de l’enquête qui détermineront si effectivement de tels actes condamnables ont eu lieu.

Adrien Poussou
04-05-2015 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.