Pierre Nkurunziza: du maquis à la présidence

Pierre Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005 au Burundi.
© AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT

Portrait du président burundais Pierre Nkurunziza, au pouvoir depuis 10 ans, prétendant à un troisième mandat, et visé ce 13 mai par une tentative de coup d'Etat.

Pierre Nkurunziza est au pouvoir depuis 2005. A l'époque, sa formation remporte les élections, il est élu président par l'Assemblée. Puis se fait réélire en 2010 au suffrage universel.

Auparavant, Nkurunziza était passé en dix ans du maquis au sein des FDD, à la direction de l'aile politique du mouvement rebelle, le CNDD. Une ascension qu'il doit à Hussein Radjabou, leader historique des FDD. Celui-ci le propulse sur le devant de la scène, espérant gouverner à travers lui. Pierre Nkurunziza est alors un homme sous contrôle, dit un fin observateur de la vie politique. Il mettra du temps à se débarrasser de la tutelle des anciens maquisards.

Est-ce pour cela qu'il érige en idéologie sa fibre religieuse ? Certains le disent ouvertement. Pierre Nkurunziza assure que Dieu lui a annoncé qu'il devait diriger son pays. Devenu évangéliste, il ne passe pas une journée sans de longues séances de prières aux côtés de son épouse, elle même pasteur. Dieu, le peuple et le sport, tel pourrait être son triptyque.

Populiste et se disant proche du peuple, l'ancien professeur de gymnastique met en scène son amour du football censé le rapprocher des Burundais.

Mais derrière ce portrait flatteur d'un homme affable et simple se cache aussi un dirigeant impitoyable, affirment ses détracteurs. Pierre Nkurunziza a systématiquement écarté tous ceux qui étaient opposés à son troisième mandat, à commencer par le général Godefroid Niyombaré, écarté pour lui avoir conseillé de renoncer.