Mali: la signature de l’accord de paix et maintenant?

Manifestation de femmes, le 2 mai à Bamako, demandant la «libération» de Ménaka.
© AFP PHOTO / HABIBOU KOYATE

Au Mali, près d'un an après l'ouverture des négociations, l'accord de paix pour le nord du Mali a été signé, vendredi 15 mai, à Bamako. Il a été signé par le gouvernement malien et par les groupes armés qui le soutiennent, devant une vingtaine de chefs d'Etat, de ministres, ainsi que de représentants des institutions internationales. Les groupes rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad, avec qui le Mali est en conflit, demandent de nouvelles discussions avant de signer le texte. La période de « l'après-signature » reste donc très ouverte.

Même si les signataires se sont félicités de cette étape, de nombreux intervenants n'ont pas caché que le plus dur restait à faire et notamment sa mise en application, sachant que des accrochages se poursuivent sur le terrain, au nord du Mali.

Au mieux, la période qui s’ouvre est une période transitoire, un interlude entre la signature de l’accord par le gouvernement malien et les groupes armés loyalistes et la signature par les groupes rebelles plus tard, si elle devait intervenir.

Durant cette période, à la durée indéterminée, la médiation internationale rappelle que les accords de cessez-le-feu, censés être en vigueur, doivent être respectés. En clair, les rebelles doivent cesser leurs attaques.

Nouveaux combats

Quant à l’armée malienne, elle n’a pas encore vocation à se redéployer dans les zones tenues par les rebelles. Le cas de Ménaka, dans la région de Gao, reprise aux rebelles par un groupe armé pro-Bamako, il y a bientôt trois semaines, reste irrésolu. De nouveaux combats ont eu lieu vendredi, jour de la signature, à proximité de la ville.

Et si les rebelles décidaient de ne pas signer, jamais ? Alors ils deviendraient des « ennemis de la paix », comme l’ont déjà expliqué les médiateurs et donc, en théorie, des ennemis des forces internationales déployées au Mali. Un cas de figure que personne n’ose évoquer tant il va à l’encontre des efforts déployés, depuis presque d’un an, par la communauté internationale et par les autorités maliennes qui continuent d’appeler les groupes rebelles à signer à leur tour.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.