Burundi: gouvernement et Céni n'excluent plus un report des élections

Pour la mission d'observation électorale de l'UE, les conditions pour des élections libres et transparentes au Burundi ne sont pas réunies.
© REUTERS/Goran Tomasevic

Au Burundi, l'opposition et la société civile avaient demandé depuis plusieurs semaines un report des communales et législatives du 26 mai, notamment en raison des manifestations contre le troisième mandat de Pierre Nkurunziza qui paralysent la capitale Bujumbura, et aussi de la tentative de coup d'État de mercredi. Le pouvoir et la commission électorale y avaient opposé une fin de non-recevoir jusqu'ici, mais depuis il y a eu les pressions de la communauté internationale. De quoi les faire changer d'avis.

Deux des principaux contributeurs, la Belgique et la Suisse, ont annoncé la suspension de leur aide. L’Union européenne, premier contributeur, serait dans le même cas, même si elle ne l’a pas annoncé officiellement et sa mission d’observation électorale vient de déclarer que les conditions n’étaient pas réunies aujourd’hui au Burundi pour des élections libres et transparentes.

Difficile dans ces conditions de ne pas lâcher du lest, et après le gouvernement, c’est au tour de la Céni d’envisager un report des élections dont le premier scrutin doit avoir lieu dans une dizaine de jours. « On essaie d’évaluer la situation pour voir ce qu’il faut faire, indique son porte-parole Prosper Ntahorwamiye, mais l’idée de faire glisser le calendrier pour les élections communales et des députés n’est pas exclue. »

La décision devrait être prise cette semaine, mais il ne fait plus guère de doute qu’on s’achemine vers un report de quelques semaines de manière à éviter toute vacance du pouvoir. En attendant, le gouvernement burundais a prévu un plan d’aide pour financer ces élections, comme le président Pierre Nkurunziza l’a annoncé vendredi dans un message à la nation : « Pour que les élections se déroulent normalement, il est nécessaire que tous les citoyens de ce pays contribuent très rapidement à l'organisation des élections. Toutefois, nous demandons à la communauté internationale de rester auprès du Burundi car si elle ne nous aide pas, elle aura ouvert la voie au chaos qui ne peut profiter qu'à ceux qui veulent prendre le pouvoir par la force », a déclaré Pierre Nkurunziza.

Mais la fin du message résonne comme un nouvel appel à l’aide lancé à la communauté internationale.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.