Nigeria: plus de 500 militaires jugés pour indiscipline

L'armée nigériane a été régulièrement critiquée pour son comportement durant les assauts de Boko Haram.
© AFP

Au Nigeria, deux cours martiales ont démarré il y a quelques semaines les procès de plus de 500 militaires. Des poursuites liées à un comportement indiscipliné, selon l'armée. Certains pourraient risquer la peine de mort.

Ces procès ont démarré très discrètement fin avril et début mai, car ils se font pour la plupart à huis clos. Plus de 400 militaires seront jugés à Abuja, la capitale fédérale, et un peu plus de 100 à Lagos, la mégalopole nigériane. Pour tous il s'agit de procédures liées à leur indiscipline : mutinerie, désobéissance, insubordination.

Le panel est large, mais le porte-parole de l'armée n'a pas souhaité entrer dans les détails, ni préciser si certains soldats sont jugés pour avoir refusé de se battre contre les hommes de Boko Haram.

En fin d'année dernière, 54 militaires ont en effet été condamnés à mort après avoir été reconnus coupables de mutinerie. Leur faute : avoir refusé de prendre part à la contre-offensive visant à reprendre aux islamistes trois villes qu'ils avaient conquises en août 2014.

A l'époque, de nombreuses troupes envoyées dans le nord-est du pays se plaignaient de leurs conditions sur le terrain, du manque d'armement et d'irrégularités dans le versement de leur solde.

Plusieurs villes ont ainsi été prises facilement par les combattants de Boko Haram, mieux équipés que les soldats nigérians, qui abandonnaient parfois leurs armes lourdes dans leur fuite, notamment plusieurs chars blindés.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.