Mali: ces Touaregs qui ont choisi le jihad

Des soldats français lors d'une opération dans l'Adrar des Ifoghas, dans le nord du Mali, en mars 2013.
© AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

Les forces spéciales françaises ont abattu lundi 18 mai deux figures du jihadisme du nord du Mali, Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag Inawalen. Abdelkrim al-Targui a été le premier Touareg à constituer sa katiba au sein d'al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Après sa mort, il laisse de fidèles lieutenants derrière lui.

Dans l'Adrar des Ifoghas, dans le nord du Mali, les apprentis jihadistes touaregs sont légion. Sous l'influence du charismatique Iyad Ag Ghali, patron d'Ansar Dine, de nombreux jeunes Touaregs désœuvrés ont répondu aux sirènes de la cause du jihad. Selon des habitants de la région de Kidal, ils ont trouvé des grands frères et des parrains pour les initier à la guerre sainte. Abdelkrim al-Targui, Amada Ag Hama de son vrai nom, était l'un de ces parrains.

Il est désormais mort, mais ses fidèles lieutenants lui survivent. Parmi eux : Sedane Ag Hitta, originaire de Kidal et qui avait quitté le navire al-Ansar, la katiba d'Albdelkrim al-Targui au sein d'Aqmi, pour créer sa propre katiba. Son nom de guerre est Abou Abdel Hakim al-Kidali. Plusieurs membres de sa famille ont franchi avec lui le pas vers Aqmi ; ses frères, mais aussi ses neveux Haïba Ag Achérif et Mohamed Ali Ag Wadoussène. Ces derniers, emprisonnés à Bamako, ont été libérés en échange de Serge Lazarevic après avoir signé son enlèvement, avec Philippe Verdon, à Hombori.

Sedane Ag Hitta est très actif dans la région de Kidal, notamment contre les Touaregs qui apportent leur soutien aux forces militaires françaises. C'est lui aussi qui, selon nos informations, serait directement impliqué dans l'enlèvement et l'assassinat de nos envoyés spéciaux Ghislaine Dupont et Claude Verlon, le 2 novembre 2013 à Kidal, avec plusieurs de ses proches, dont Baye Ag Bakabo, le principal suspect.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.