Burundi: à Kinama, les Imbonerakure empêchent les manifestations

Selon les habitants de Kinama, à Bujumbura, ce taxi a été détruit par les Imbonerakure, le 25 mai 2015.
© Photo: RFI/DT

Dans le quartier de Kinama, ce lundi, à Bujumbura, des jeunes ont été empêchés de manifester par les tirs de la police, mais aussi par des attaques d'autres jeunes armés de bâtons et de fouets. Ces Imbonerakure, comme les appellent les Burundais, sont des partisans du président contesté. Ils sont soupçonnés d’être une milice par la communauté internationale et ils tentent d'empêcher les manifestations par la force et la violence.

A l’entrée du quartier Kinama, habillés en civil et armés de grands bâtons et de fouets en plastique, ils détalent en courant par dizaines semant la peur chez les manifestants. Les Imbonerakure sont les jeunes du parti au pouvoir et sont qualifiés de milices par la communauté internationale.

L’un d’entre eux, armé de son bâton et de son fouet, ne cache pas son objectif, il veut empêcher la contestation contre le président burundais : « Je suis parmi les gens qui sont contre les manifestations. Les manifestations nous apportent des choses qui sont un peu mauvaises. Pour moi, vraiment ça choque ! Je suis un patriote qui aime son pays ».

A Kinama, ces patriotes frappent les manifestants devant une police impassible. Résultat pour beaucoup, forces de l’ordre et Imbonerakure sont complices : « C’est toujours quelque chose de difficile. Les civils comme nous, ils nous battent, nous tirent dessus. Les policiers sont là et ne font rien. Quand les jeunes imbonerakure sont supportés par les policiers. C’est honteux. Nkurunziza est leur chef donc ils veulent toujours le défendre pour violer la Constitution du pays et les accords d’Arusha ».

Lundi, la police n’a pas hésité en revanche à tirer encore une fois sur les manifestants. Plusieurs personnes ont été blessées par balle.


■ Pour le CNDD-FDD, les Imbonerakure ne font que se défendre
Pour le porte-parole du Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD), Gélase Ndabirabe, ce sont les jeunes des autres quartiers et notamment de Cibitoke qui seraient venus attaquer les partisans du président Nkurunziza.

Depuis le début de ces évènements, nous avons au CNDD-FDD enseigné et même recommandé, encadré nos jeunes pour ne pas répondre aux provocations. Et nous leur avions demandé de barricader le quartier pour que personne n’entre pour les déranger. Et cela jusqu’à aujourd’hui qui a fait qu’il n’y ait pas de casse et que les quartiers de Kamenge, Kinama, soient des quartiers paisibles. Les écoles là fonctionnent. Les marchés fonctionnent. La vie est normale dans ce quartier-nord. Et maintenant, ceux de Cibitoke montent pour aller les agresser.

Gélase Ndabirabe
26-05-2015 - Par Sonia Rolley

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.