Goodluck Jonathan laisse un Nigeria sinistré, selon l'équipe de Buhari

Le nouveau président du Nigeria, Muhammadu Buhari, sera investi ce vendredi 29 mai 2015.
© REUTERS

Au Nigeria, à quelques jours de la prise de fonction officielle de Muhammadu Buhari, son équipe dresse un bilan négatif du travail effectué par l’équipe sortante. Les proches de nouveau président élu estiment que le pays est « sinistré », que l’économie est à plat. Depuis le 29 avril, un comité de transition a été mis sur pied : cette structure est composée de 19 personnalités qui ont pour rôle de préparer les dossiers urgents de la future administration de Muhammadu Buhari.

Des entreprises qui fonctionnent au ralenti, des fonctionnaires qui attendent impatiemment leurs salaires, et de nombreux jeunes en quête d’emploi. Pour l’équipe de Muhammadu Buhari, la situation économique semble critique. Et l’une des priorités dressées par le Comité de transition, c’est bien de relancer la machine en adoptant des mesures très rapidement.

« La nouvelle administration devra impérativement prendre des mesures économiques, indique Salomon Dalong qui fait partie de cette structure. Elle devra notamment réduire le train de vie de l’Etat et surtout, elle devra adopter des mesures strictes afin de créer des revenus en vue de faire fonctionner le gouvernement. Donc sur le plan économique, c’est une période difficile pour la nouvelle équipe parce qu’elle va devoir débuter son mandat avec de sérieux problèmes de trésorerie. »

Sur le volet sécuritaire, le comité dresse un bilan tout aussi alarmant : de la petite criminalité, en passant par la corruption et le terrorisme, beaucoup de choses doivent être améliorées. Le Comité déplore par ailleurs le fait qu’une bonne partie du nord-est du pays soit paralysée par l’insurrection armée de Boko Haram. Au-delà de l’aspect militaire, « il y a toute une dimension économique, sociale et sanitaire à reconstruire », estime un militaire à la retraite, qui siège dans cette structure.

Et au-delà de Boko Haram, cette structure réfléchit à des solutions pour éradiquer les violences inter-ethniques, notamment liées au vol de bétail. Un problème récurrent et dont le bilan humain est souvent très important.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.