Republier
Burundi

Burundi: deux explosions dans la capitale Bujumbura

Les manifestations contre le chef de l'Etat et la tension continuent à Bujumbura, Burundi.
© REUTERS/Goran Tomasevic

Au Burundi, le gouvernement dit regretter le retrait jeudi 28 mai de l'Église catholique du processus électoral, et celui de la mission d'observation européenne pour les élections législatives et communales de vendredi prochain et présidentielle du 26 juin. Sur le terrain, les manifestations contre le chef de l'Etat et la tension continuent. La journée a surtout été marquée par deux explosions dans le centre de la capitale burundaise.

D'abord, en début d’après-midi, vendredi 29 mai, trois voitures en feu sont visibles devant une banque. Selon un témoin présent au moment des faits, cela pourrait être une grenade.

«J'ai entendu un bruit, puis ça a explosé. J'ai vu la fumée de la voiture mais on a pas pu voir la personne en question qui a fait ça. En tout cas c'est une charge d'explosifs, parce qu'un ami avec qui on était a été blessé. Mais il est juste à l'hôpital pour le moment », témoigne-t-il.

Peu après en fin d’après-midi, une deuxième grenade a explosé dans un mini bus vide. Au même endroit, une semaine plus tôt, une grenade tuait trois vendeuses et faisait une quarantaine de blessés, sans que les auteurs ne soient identifiés.

La répression des manifestations continue

Les forces de l'ordre continuent également à réprimer les manifestations qui durent maintenant depuis plus d'un mois. Ce matin, dans un des bastions de la contestation, Cibitoke, les manifestants s’étaient levés tôt pour chanter leurs slogans hostiles au président Nkurunziza et à son troisième mandat. La police ne leur a pas laissé beaucoup de temps en menant un assaut massif très violent à coups de gaz lacrymogènes et de kalachnikov.

Pendant plus d’une heure, la police a poursuivi les manifestants au fusil d’assaut dans les ruelles de ce quartier alors qu’au même moment des bulldozers défonçaient les barricades sur l’artère centrale à très vive allure. Il n’y a pas encore de bilan fiable de ces violences ce matin.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.