Republier
RCA

RCA: un accrochage meurtrier enflamme le PK5 à Bangui

Les marchands du PK5, à Bangui, attendent le retour des forces de police.
© Bertrand Haeckler/RFI

En Centrafrique, un règlement de compte a mal tourné mercredi soir. Deux personnes ont été tuées, un commissariat saccagé et une voiture de police incendiée. Un événement qui démontre que la question du désarmement est plus que jamais primordiale dans le pays qui sort doucement d'une crise politique et sécuritaire majeure.

Tout est parti d'une embuscade, mercredi soir vers 19h, tout proche du quartier général des Nations unies. Selon des témoins présents sur place, une fusillade a éclaté entre des hommes à moto et des assaillants non identifiés qui étaient vraisemblablement au courant de leur l'itinéraire. La victime est le neveu du colonel Bichara, un leader de l'ex-coalition Séléka aujourd'hui en fuite, mais toujours très influent.

Quand la nouvelle de la fusillade est parvenue au quartier musulman du PK5, les jeunes se sont regroupés devant le commissariat local et ont exigé que le policier emmène la victime à l'hôpital. « Ils nous menaçaient avec des grenades, des armes blanches », raconte un policier présent sur les lieux. Finalement, un petit groupe dérobe les clefs d'une voiture de patrouille et fonce vers l'hôpital, la victime à son bord. Elle décèdera sur le trajet provoquant la colère des belligérants qui vont brûler le véhicule de police avant de revenir saccager le commissariat du 3e arrondissement de Bangui.

Les policiers ont rapidement pris la fuite. « A ce jour, nous n'avons toujours pas d'armes pour assurer nos missions », déplorent-ils. Dans le quartier sensible du PK5, comme ailleurs à Bangui où le banditisme explose, la question du désarmement se pose une nouvelle fois. « Le moindre incident peut prendre des proportions énormes », ajoute un policier qui avoue avoir peur de reprendre le travail dans le quartier.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.