Sénégal: des membres du PDS réclament une refondation du parti

Modou Diagne Fada, président du groupe PDS à l'Assemblée nationale, a lancé un mémorandum de contestation pour une refondation du parti.
© AFP PHOTO / SEYLLOU

Un vent de contestation souffle au sein du PDS, le parti de l'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade. Il y a ceux qui ont claqué la porte, comme l'ancien Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye - qui vient de créer son propre parti politique - et ceux qui, en interne, ont bien l'intention de poser le débat.

Officiellement, ce n'est pas le choix de Karim Wade comme candidat à la prochaine présidentielle qui pose un cas de conscience aux frondeurs, mais plutôt la manière dont cette candidature a été imposée lors de primaires organisées à la va-vite, la veille du verdict de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei).

Puis il y a eu la décision d'Abdoulaye Wade de conserver les rênes du parti jusqu'à la prochaine présidentielle, repoussant sine die la perspective d'un congrès.

Considéré comme un poids lourd du parti, Modou Diagne Fada, président du groupe PDS à l'Assemblée nationale, estime cette décision inacceptable. Il a lancé un mémorandum de contestation avec d'autres responsables pour une refondation du Parti démocratique sénégalais.

« Après 41 ans d’exercice, le Parti démocratique sénégalais doit faire sa mue. Moins d’immobilisme, plus de démocratie, plus de transparence dans les prises de décisions, plus de transparence dans les choix de nos candidats à l’élection présidentielle. Et encore une fois : permettre à ceux qui ont tant fait pour le parti de se reposer pour laisser la place à d’autres qui ont envie de continuer l’œuvre de maitre Abdoulaye Wade. »

Parmi les réformateurs qui comptent, la député Aida Mbodj est aussi de celles et ceux qui veulent imposer le débat à l’intérieur du PDS : « certains préfèrent sortir du parti, pour marquer leur désapprobation par rapport à tout ce qui se fait au niveau du parti mais nous nous choisissons de rester à l’intérieur du parti et de nous battre »

Selon un de ses proches, Abdoulaye Wade ne prend pas la mouche. Il se dit ouvert à la discussion.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.