Affaire Chebeya: confrontation de témoins à la barre

Un homme portant un t-shirt avec les portraits de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana attend, en avril 2013, le procès d'un des principaux accusés dans l'affaire.
© AFP PHOTO / JUNIOR D. KANNAH

Suite du procès en appel sur l'assassinat de l'activiste des droits de l'homme Floribert Chebeya. La Haute cour militaire a poursuivi hier jeudi avec les auditions d’Olivier Kungwa et Dolly Ibefo, tous deux de l'ONG la Voix des sans voix (VSV). Elle a ensuite confronté le témoin Alaine Ilunga, chef du protocole du général John Numbi au moment des faits, avec le colonel Daniel Mukalay qui affirme avoir organisé le rendez-vous de Floribert Chebeya avec John Numbi.

Ce jour-là, le policier Michel Mwila vient déposer un courrier au siège de l’ONG de défense des droits de l’homme. Il exige de rencontrer personnellement Floribert Chebeya qui est en réunion, explique Olivier Kungwa de la Voix des sans voix. Michel Mwila repart, revient quelque temps plus tard et rencontre Chebeya à qui il remet le courrier, un accusé de réception, rien d’autre.

Floribert Chebeya exprime sa déception à un collaborateur, Dolly Ibefo, qui l'a rapporté ce jeudi à la Haute cour tout en précisant que Michel Mwila devait avoir une autre mission, celle d’identifier une prochaine victime.

Alaine Ilunga, officier chargé du protocole de l’Inspection générale de la police nationale au moment des faits, est à son tour appelé à la barre pour s’expliquer sur le rendez-vous fixé à Chebeya par son chef d’alors, le général John Numbi.

Confronté au colonel Daniel Mukalay qui soutient avoir obtenu ce rendez-vous, le colonel Alaine Ilunga dit ne plus avoir souvenir de ce rendez-vous. L’audience s'est alors terminée sur ces entrefaites. Jeudi prochain, le haut gradé sera de nouveau à la barre pour la suite de cette confrontation.