Au Bénin, la Fondation Zinsou, vitrine de la création africaine, fête ses 10 ans

« Ton Pied Mon Ventre » (2015), œuvre présentée dans l’exposition « Aré » de l’artiste béninois Romuald Hazoumé dans le cadre des 10 ans de la Fondation Zinsou en juin 2015.
© Romuald Hazoumé

Établie au centre de Cotonou, la Fondation Zinsou a fait d'un immeuble moderne une vitrine de la création contemporaine africaine. En dix ans, elle a accueilli 4 millions de visiteurs et permis à plus de 70 000 écoliers de voir des œuvres d'art. Des stars internationales comme les photographes maliens Malick Sidibé et Seydou Keïta, en passant par le célèbre plasticien congolais Chéri Samba, pas moins de 23 grandes expositions ont déjà eu lieu dans la capitale économique du Bénin. Ce mois de juin, la Fondation Zinsou célèbre donc son dixième anniversaire avec le plasticien qui avait inauguré cet espace muséal en 2005 : Romuald Hazoumé. L'artiste yoruba, intransigeant et radicalement moderne, présente Aré, sa nouvelle exposition.

Avec notre envoyé spécial à Cotonou,

Ils regardent. Ils questionnent. Et parfois ils courent. Des enfants. Beaucoup d'enfants africains. C'est pour eux que Marie-Cécile Zinsou, présidente de la Fondation éponyme, se bat. Depuis dix ans, elle  met à disposition des gosses un bus américain des années 1950 pour les transporter de l'école à la Fondation.

Pédagogie et art contemporain sont au menu des enfants à chaque exposition. Pour elle,  ils sont les amateurs d'art et les artistes de demain. L'opération est un succès et commence à donner ses fruits. En 2008, elle crée l'événement avec la rétrospective Jean-Michel Basquiat à la Fondation Zinsou. C'est en découvrant cet artiste américain que le Béninois Gérard Quenum passe de la sculpture au dessin, de la discrétion à la reconnaissance.

Ces passeurs africains qui font voyager le savoir

Artiste autodidacte, ses œuvres minimalistes en noir et blanc, récemment exposées à la Fondation, ont été toutes vendues. Et il est représenté aujourd'hui sur la scène internationale par l'October Gallery à Londres. Souffrant chez eux de l'absence d'espaces d'exposition, Romuald  Hazoumé, par exemple, avait exposé partout dans le monde avant de l’être dans son propre pays.  Pour fêter les dix ans de la Fondation, l'artiste, qui est célèbre pour ses masques en bidon d'essence et son installation La Bouche du roi - acquise par le British Museum - présente l'exposition Aré. Ce mot évoque les itinérants, ces passeurs africains qui faisaient voyager le savoir de royaume en royaume.

Grâce à cet héritage, la Franco-Béninoise Marie-Cécile Zinsou contribue à sortir la création africaine du rayon des denrées « exotiques ».  La preuve : son nouveau musée ouvert à Ouidah. Marie-Cécile, « l’amazone » comme l'appelle son père, l’économiste Lionel Zinsou, en référence aux guerrières des rois africains, a fait du Bénin une nation « vaudou » pour l'art contemporain.

« OSA NLA » (2015), œuvre présentée dans l’exposition « Aré » de l’artiste béninois Romuald Hazoumé dans le cadre des 10 ans de la Fondation Zinsou en juin 2015. © Romuald Hazoumé

► Le site de la Fondation Zinsou au Bénin