Gabon: une étude établit un lien formel entre paludisme et drépanocytose

L'anophèle est le principal moustique, responsable de la transmission du paludisme à l'être humain.
© Getty Images

Il y a un lien entre le paludisme et la drépanocytose, une maladie du sang héréditaire, qui provoque notamment des douleurs chroniques. Jusque-là, en théorie, rien de nouveau, mais une étude internationale menée au Gabon, par des chercheurs de plusieurs instituts, montre que la répartition géographique des deux maladies est liée dans ce pays.

D’un point de vue théorique et biologique, le lien entre paludisme et drépanocytose était connu. Pourtant aucune étude n’avait permis de quantifier le nombre de cas. Aujourd’hui, des traitements existent pour les deux maladies, mais les résultats de cette étude montrent qu’aujourd’hui encore, le paludisme entretient la drépanocytose, une maladie génétique du sang.

« On a toujours deux versions d’un gène, une qui vient du père, une qui vient de la mère. Quand les deux versions sont anormales, ça crée une maladie qui est très lourde. Et par contre, quand il y a une seule des versions qui est anormale, on n’a pas de pathologie apparente et dans ce cas-là on est protégé contre le paludisme. Donc en fait, il y a les deux effets. Dans un pays où il y a beaucoup de paludisme, on a tendance à avoir beaucoup de gens hétérozygotes parce qu’ils sont protégés. Mais du coup ça crée aussi beaucoup d’enfants qui naissent homozygotes qui eux, sont à risque d’avoir la maladie grave », explique Eric Elguero, ingénieur de recherche à l’Institut de recherche et de développement de Montpellier, est un des auteurs de ces travaux.

Les chercheurs préconisent donc de lier les actions de prévention et de surveillance épidémiologique notamment en délimitant les zones de persistance des populations drépanocytaires. Une maladie qui concerne près de 275 000 naissances chaque année.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.