Libye: une attaque américaine aurait-elle tué Mokhtar Belmokhtar?

Un F15E «Strike Eagle» de Lakenheath photographié sur la base d'Aviano en Italie.
© REUTERS/Alessandro Garofalo

Une frappe américaine a bien été menée ce lundi 15 juin 2015 en Libye. Les Etats-Unis évoquent un raid aérien, mais des vérifications sont en cours pour savoir si le chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar fait bien partie des victimes. En tout cas, l'homme était activement recherché par les services occidentaux.

C'est un responsable du gouvernement libyen - reconnu par la communauté internationale - qui a annoncé, ce dimanche 14 juin que le chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar avait trouvé la mort dans une « frappe de l'armée américaine » ayant visé « une ferme » à Ajdabiya, à 160 km à l'ouest de Benghazi, chef lieu de l'est libyen.

Depuis plusieurs années les experts annoncent que Mokhtar Belmokhtar est la cible privilégiée des Américains. Sa tête est d'ailleurs mise à prix depuis l'attaque du complexe pétrolier d'In Amenas en Algérie en 2013. Un assaut dans lequel 38 civils - dont trois Américains - ont été tués. Le chef jihadiste semble défier la mort : pendant l'opération Serval, l'armée tchadienne avait déjà annoncé sa mort, et, depuis, son élimination a été évoquée à maintes reprises.

Alliances en Libye

Après Serval au Mali, le plan de Mokhtar Belmokhtar était d'aller chercher des alliances en Libye. Cependant, ces derniers temps, son mouvement, Al-Mourabitoune a commencé à se fissurer : une partie de ses militants préférant faire allégeance à l'organisation de l'Etat Islamique.

Eliminer la cible

Le Pentagone a donc confirmé le raid aérien en évoquant une attaque menée à l'aide d'avions F15 Strike Eagle, des chasseurs bombardiers généralement basés à Lakenheath dans le Suffolk au Royaume-Uni. « Nous continuons à évaluer les résultats de l'opération et fournirons plus de précisions de manière appropriée », a prudemment déclaré ce 14 juin au soir le colonel Steve Warren, un porte-parole de la Défense américaine. En tout cas, à la différence de l'opération contre Ahmed Abou Khattala capturé l'an dernier en Libye, là, l'objectif semblait bien de tenter d'éliminer la cible et non de la capturer.

Selon certains experts, les hommes du groupe de Belmokhtar ne se comptent qu'en dizaines plutôt qu'en centaines, avec une forte proportion de Maliens et Mauritaniens.

Comment vérifier ?

Le moyen le plus efficace de confirmer la mort de Mokhtar Belmokhtar serait une analyse génétique. Mais pour cela, il faudrait deux choses : d'abord, que les services de renseignements possèdent déjà une carte de l'ADN du chef jihadiste - ce qui n'est pas impossible - ensuite, il faudrait aller effectuer des prélèvements sur le site de la frappe aérienne pour pouvoir les comparer à la base de données.

Jean-Vincent Brisset est directeur de recherches à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) pense que d'autres solutions existent. Peut-être moins certaines, mais plus réalisables : « Dans un premier temps, on peut avoir une quasi certitude du décès si l'on savait - avant la frappe - que l'homme se trouvait sur place et en constatant que cette frappe a tout détruit de cet endroit isolé... On peut corroborer aussi cela avec des interceptions de dialogues entre les différents responsables - ceux qui n'ont pas été visés - et qui vont mettre en place une succession. »

Enfin, un témion indirect de l'attaque aérienne pourrait confirmer la mort de Mokhtar Belmokhtar. Mais, là encore, il ne s'agirait pas d'une certitude à 100% dans une guerre qui se fait aussi sur le plan de la communication, souligne encore Jean-Vincent Brisset.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.