Fuite d’Omar el-Béchir: que s'est-il passé au Darfour?

Le président soudanais el-Béchir a-t-il fait pression sur l'Afrique du Sud en menaçant les militaires sud-africains de la Minuad?
© Reuters/Mohamed Nureldin Abdallah

L'Afrique du Sud a laissé Omar el-Béchir rentrer au Soudan sans l'inquiéter. La justice avait pourtant recommandé son arrestation afin que le président soudanais soit enfin remis à la Cour pénale internationale (CPI) et jugé pour crimes contre l'humanité. En Afrique du Sud, les réactions ont fusé. La presse s'est emparée de la polémique en faisant des révélations sur des pressions à l'ouest du Soudan sur les troupes militaires sud-africaines qui y sont stationnées.

Les réactions vont de la colère, à l’indignation, ou au contraire à la satisfaction en Afrique du Sud. L’organisation des droits de l’homme, SALC, à l’origine de la demande de l’arrestation d’Omar el-Béchir, menace de porter plainte contre le gouvernement sud-africain pour entrave à la justice. SALC accuse Pretoria d’avoir organisé la fuite du président soudanais et d’avoir délibérément bafoué une décision de justice. Selon plusieurs spécialistes en droit, Pretoria a non seulement violé la justice internationale, mais a également bafoué sa propre justice et législation. ONG, activistes, et simples citoyens parlent d’une triste journée pour l’Afrique du Sud et pour son image dans le reste du monde.

Certains se félicitent

En revanche, certaines organisations proches du gouvernement, se félicitent de l'attitude de Pretoria. Pour beaucoup, la Cour pénale internationale est un outil des pays occidentaux pour manipuler l’Afrique. Et Pretoria a eu raison de ne pas se laisser faire. La presse sud-africaine rapporte de son côté que l’armée soudanaise aurait encerclé plusieurs bases militaires au Darfour où se trouvent des soldats sud-africains. Au total, 1 400 soldats sud-africains participent effectivement au Darfour à la mission de maintien de la paix, la Minuad, une mission conjointe de l'Union africaine et des Nations unies. Plusieurs bases militaires de cette Minuad, situées à Kutum, Mellit, et Malha auraient donc été encerclées par l’armée soudanaise pendant le week-end et le lundi 15 juin, constituant ainsi une forme de chantage ou de pression pour garantir le retour au pays du président soudanais. Une information qui reste encore à confirmer officiellement.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.