Tchad: un ramadan endeuillé, Boko Haram dans tous les esprits

Un homme tient une pancarte «Stop Boko Haram» lors d'un rassemblement pour soutenir les troupes tchadiennes dans la lutte contre Boko Haram, à Ndjamena, le 17 Janvier 2015.
© REUTERS/Emmanuel Braun

Les musulmans du Tchad entament ce jeudi 18 juin, comme la plupart de leurs coreligionnaires, le mois saint du ramadan. Un mois de jeûne qui commence quelques jours après le double attentat qui a causé la mort d’une dizaine de personnes dans la capitale. Trois jours de deuil avaient été décrétés dans le pays jusqu'à vendredi.

La deuxième prière du soir vient de s’achever à Ndjamena et dans ce groupe de causerie du soir, un « carrefour » comme on l’appelle, le double attentat de lundi 15 juin est dans tous les esprits.

Le mois de jeûne est abordé avec tristesse et inquiétude : « On commence le ramadan sans certains amis qui ont péri dans cet attentat-là. C’est très difficile, mais on fait avec. Donc c’est le destin. Et nous prions Allah quand même, d’accorder l’âme de toutes les victimes dans son royaume. »

Un ramadan qui s'annonce pesant pour cet autre Tchadien : « On vient de commencer un ramadan, pour la première fois un ramadan triste, douloureux, endeuillé. » « On n’a pas oublié l’acte qui vient de se passer. Et puis nous souhaitons la paix pour le monde entier et en particulier dans notre pays, le Tchad », explique un autre citoyen.

Les islamistes de Boko Haram préoccupent la population : « On va être comme un seul homme pour combattre Boko Haram et le mettre en dehors de notre territoire. Parce que la religion musulmane exhorte seulement à la tolérance, exhorte à la paix et à la bonne cohabitation. Mais ce qui s’est passé, aucune religion n’accepte ça. »

Mercredi matin, les autorités ont annoncé l’interdiction du port des burqa et des turbans. Ordre a même été donné aux forces de police de les retirer du marché.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.