Le Maroc, porte d'entrée de l'Europe pour les migrants clandestins

Des officiers de la «Guardia Civil» espagnole tentent d’arrêter les migrants africains qui veulent rejoindre l’enclave espagnole de Melilla en territoire marocain, le 15 octobre 2014.
© REUTERS/Jesus Blasco de Avellaneda

A l'occasion de la journée mondiale des réfugiés, samedi 20 juin, RFI s'intéresse aussi au Maroc, seconde route de l'immigration africaine vers l'Europe après la Libye, via la Méditerranée. Véritable couloir de migration entre les continents européen et africain, par ses frontières communes avec les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, le pays tente de faire face à l'afflux de milliers de migrants attirés par l'eldorado européen.

Près de 2 300 migrants ont réussi à franchir la frontière de Melilla en 2014 pour plus de 20 000 tentatives de passage en force. Mais en 2015, la pression migratoire aux frontières du Maroc semble avoir changé de tournure. Selon la Guardia Civil [les gendarmes espagnols], les tentatives de franchissement de la frontière de Ceuta et Melilla ont considérablement baissé pour laisser place à un nouveau profil de migrants, ceux en provenance de Syrie, venus à pied de l’Algérie voisine pour demander l’asile politique.

Violences policières

Régulièrement épinglé pour son mauvais traitement des migrants clandestins, le Maroc a suspendu pendant un an les arrestations et entrepris de régulariser près de 18 000 sans-papiers l’année dernière. La mesure a été suivie de plusieurs actions choc dans les régions de Nador et Tanger, visant à démanteler les camps de fortune et soustraire, avait-on dit, les migrants des mains des réseaux mafieux. Mais avec un salaire minimum à moins de 300 euros et des manifestations récurrentes de xénophobie dans le royaume chérifien, nombreux sont ceux à vouloir malgré tout tenter de passer en Espagne.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.