Republier
Comores

Comores: la grève d’Air Madagascar bloque de nombreux passagers

L'aéroport international de Moroni, capitale des Comores.
© AFP / Tony Karumba

La grève entamée, lundi 15 juin, par les salariés d'Air Madagascar, s'est intensifiée. Depuis mercredi, plus aucun avion ne décolle. Les négociations sont toujours en cours et nul ne sait quand la grève prendra fin. Aux Comores, les passagers en partance pour la France, ont pu prendre les vols d'autres compagnies. En revanche, pour les passagers de vols retour vers l'Ile Maurice ou Madagascar, c'est l'impasse.

Les passagers des longs courriers sont facilement replacés sur les vols des compagnies Air Austral ou Kenya Airways. En revanche pour la zone Océan indien, il n'y a aucune alternative. En attendant, les voyageurs sont pris en charge par la compagnie, Air Madagascar.

« Le problème, ce n’est pas l'agence, ici. Cela se situe au niveau du pays. On devait partir avant-hier. L'agence Air Madagascar ici, aux Comores, nous a bien pris en charge, mais notre seul souci c'est que nous voulons vraiment rentrer à Madagascar le plus vite possible », a témoigné, un passager.

Et pour rentrer, encore faut-il que les compagnies de secours n'aient pas non plus de problème.

« J'étais déjà arrivée à l'aéroport. On nous a annoncé que le vol était annulé pour cause de panne technique. J’ai donc passé une nuit supplémentaire ici, à l'hôtel. On n'a pas eu vraiment à attendre, on nous a tout de suite annoncé que nous allions être logés à l'hôtel, ce qui est normal car on s'attendait à être pris en charge. Il y a une navette qui nous amènera à l'aéroport », a témoigné, pour sa part, une autre voyageuse.

Ces passagers sont cloués au sol en attendant la suite des négociations à Antananarivo. A une semaine du premier week-end de la haute saison, le doute subsiste pour les vacanciers ayant un billet Air Madagascar à destination des Comores. De source proche de la direction d'Air Madagascar à Moroni, on pourrait leur rembourser l'intégralité de leurs billets mais, en cette période de l'année, ils risquent de ne pas trouver de place de dernière minute sur les deux autres compagnies qui desservent les Comores.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.