Sénégal: Y’en a marre dénonce les problèmes d’eau et d’électricité

Une file d'attente de seaux devant une pompe d'eau à Dakar, Sénégal.
© RFI/Carine Frenk

Le gouvernement sénégalais a connu un léger remaniement. Les postes concernés sont essentiellement ceux du secteur sensible de l'Energie. La fourniture en électricité et en eau est un problème récurrent dans le pays. Le collectif Y’en a marre ne se satisfait pas de ce changement et espère lancer une mobilisation populaire.

Les premiers effets des fortes chaleurs au Sénégal n'ont pas tardé à se faire ressentir. Dans les foyers d'abord, où la fréquence des coupures d'électricité et d'eau a augmenté. Et par ricochet dans les ministères puisque le ministre de l'Energie et le directeur de la société nationale d'électricité ont fait les frais de cette situation à l'occasion d'un mini-remaniement ministériel.

C'est Mouhamadou Makhtar Cissé, le propre directeur de cabinet du président Macky Sall, qui occupera désormais la sensible direction de la Sénélec. Pour le ministre de l'Energie, la sanction est toute relative puisqu'il prend la tête du ministère du Tourisme. Le collectif Y’en a marre, qui milite depuis plusieurs années contre ces dysfonctionnements, dénonce un jeu de chaises musicales qui ne règle pas les problèmes de fond.

« Le problème de l'eau et de l'électricité reste entier »

« C'est une sanction pour montrer une détermination, mais ça ne règle pas le problème, le problème de l'eau et de l'électricité reste entier. Est-ce que les coupures d'eau se sont arrêtées quand on a remplacé monsieur Dieng par monsieur Cissé ? Qu'on limoge de DG de la Sénélec ou pas en quoi ça concerne le citoyen qui ne demande que de l'eau, qui ne demande que de l'électricité ? », estime l’un des membres fondateurs du mouvement, Fadel Baro.

Le collectif va développer dans les prochaines semaines un plan d'action pour fédérer le ras-le-bol des consommateurs. Une campagne de sensibilisation de proximité sera menée dans les quartiers avant l'organisation d'une marche dans l'ensemble du pays après le ramadan.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.