Comment Omar el-Béchir a quitté l’Afrique du Sud incognito

Le président Omar el-Béchir à son arrivée à Khartoum, le 15 juin 2015.
© REUTERS/Mohamed Nureldin Abdallah

En Afrique du Sud, le gouvernement clame qu’il n’était pas au courant du départ d’Omar el-Béchir. Le président soudanais avait discrètement quitté le sommet de l’Union africaine avant la fin, alors qu’une cour sud-africaine avait interdit son départ. Le gouvernement avait jusqu'à ce jeudi pour expliquer à la Haute Cour de Pretoria comment il a pu partir sans encombre.

Selon le gouvernement sud-africain, la délégation soudanaise n’a tout simplement pas présenté le passeport d’Omar el-Béchir à l’immigration. Les autorités n’étaient donc pas au courant qu’il était à bord de l’avion en partance pour Khartoum.

Lundi 15 juin, la délégation soudanaise avait quitté le sommet de l’UA à Johannesburg pour l’aéroport militaire de Waterkloff, escortée par la police sud-africaine.

Selon le directeur des services d'immigration, les fonctionnaires de l'aéroport savaient que le président soudanais ne devait pas quitter le territoire. Mais son passeport ne figurait pas dans la pile de documents remis à l'officier d'immigration au moment de l'embarquement. Le directeur ajoute qu’il est tout à fait normal que des personnalités connues ne se présentent pas physiquement devant l'officier d'immigration. Omar el-Béchir a donc pu quitter l’Afrique du Sud incognito.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.