Des journalistes burundais exilés animent une émission depuis Kigali

Le rédacteur en chef de Bonesha FM, dans les locaux de la radio privée, le 15 mai 2015, après sa fermeture par les autorités burundaises.
© AFP PHOTO / JENNIFER HUXTA

Pour la première fois, une émission spéciale préparée et présentée par des journalistes burundais en exil a été enregistrée à Kigali, au Rwanda. L'émission a été diffusée par six radios rwandaises qui émettent aussi dans certains endroits du Burundi. Le but, selon les concepteurs de l'émission : offrir une information pluraliste et indépendante sur leur pays aux Burundais alors que toutes les radios privées y ont été détruites et empêchées d'émettre.

Ce mardi dans le petit studio de la radio rwandaise Isango Star, émission spéciale sur le climat pré-électoral au Burundi. L'invitée : une responsable en exil de la société civile burundaise. Et à la présentation, Pierre Claver Nyankuru, un journaliste burundais également en fuite au Rwanda. « C'est un bon moyen d'informer les Burundais. A Bujumbura, toutes les radios privées ne fonctionnent plus, rappelle-t-il. Cette radio touche une grande partie de la population burundaise, c'est à peu près six provinces du nord et de l'ouest du Burundi. »

L'émission d'une heure, en kirundi et retransmise en direct, a aussi pour objectif de permettre aux Burundais réfugiés au Rwanda d'être informés de l'actualité de leurs pays. Ces derniers peuvent même envoyer des messages à destination de leurs proches restés au Burundi.

Radio Londres à Kigali ?

Mais alors que les relations entre le Rwanda et son voisin se sont récemment détériorées, les responsables de l'émission, dont Patrick Nduwimana, directeur de la radio burundaise Bonesha, se défendent d'organiser la résistance depuis Kigali. « C’est vraiment pour suivre et informer, montrer que même si on a été obligé de quitter le pays, on existe et on est là, affirme-t-il. Tout le monde s’est exprimé, c’était une émission très équilibrée. On a eu la réaction de la Céni, du parti au pouvoir et de l’opposition. »

Cinq journalistes burundais travaillent avec leurs collègues rwandais sur cette émission qui se veut bimensuelle. En tout, une quarantaine de journalistes burundais sont actuellement en exil au Rwanda.