Republier
Soudan du Sud

Soudan du Sud: l'ONU dénonce les atrocités de la guerre

Le rapport du l'ONU est alimenté par les témoignages des victimes et témoins qui ont fui les combats.
© REUTERS/Andreea Campeanu

Des jeunes filles et des femmes violées puis jetées vivantes dans leurs maisons en flammes, des assassinats, des enlèvements… La Mission des Nations unies au Soudan du Sud vient de publier un rapport décrivant la sauvagerie du conflit politico-ethnique qui ravage ce pays depuis un an et demi. Un rapport qui évoque des violations des droits de l'homme généralisées dans cette guerre qui oppose Salva Kiir, le président sud soudanais à son ancien vice-président Riek Machar. Le conflit a déjà fait 2 millions de déplacés et près de 300 000 réfugiés.

Des viols collectifs de femmes ou de filles. Certaines jetées ensuite dans leurs maisons en flammes. Le rapport relève pas moins de neuf incidents de ce genre. Mais aussi des enlèvements et des tortures, comme faire serrer dans les mains de cette femme un charbon ardent pour lui faire dire où se trouvaient les rebelles et le bétail....

Ce que racontent les personnes interrogées est particulièrement atroce. Le rapport évoque une « brutalité nouvelle ». Pour le rédiger, les enquêteurs des Nations unies, empêchés de se rendre sur les lieux des crimes, se sont basés sur plus d'une centaine de récits de victimes ou de témoins de l'Etat de l'Unité dans le nord du pays.

L'ONU accuse clairement l'armée sud soudanaise et ses auxiliaires qui ont lancé une vaste offensive dans cette zone en avril dernier. Contacté par RFI, le porte-parole de l'armée Philip Aguer affirme qu'une enquête a été ordonnée. « Si ce rapport s’avère exact, ceux qui ont commis ces actes seront amenés devant un tribunal parce que ce sont des crimes répréhensibles au terme des règles d’engagement », assure-t-il.

« L'ampleur et le niveau de cruauté qui caractérisent ces informations suggère une animosité qui dépasse les clivages ethniques » décrit le document. Dans ce conflit, le camp rebelle est lui aussi régulièrement accusé d'exactions.

Il y a deux semaines l'UNICEF avait déjà publié un rapport accablant, accusant les belligérants de massacres d'enfants, des viols, d'émasculations et, déjà, des enfants brulés vifs.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.