Au Bénin, Hollande sermonne les présidents voulant garder le pouvoir

Le président François Hollande lors de son discours à Cotonou le 2 juillet.
© AFP PHOTO / ALAIN JOCARD

Le président français François Hollande a entamé à Cotonou au Bénin sa tournée africaine. Jeudi 2 juillet au matin, il s'est entretenu avec son homologue Thomas Boni Yayi. Il a également tenu un discours très attendu sur la démocratie alors que le président béninois a promis de ne pas briguer un troisième mandat. Cette première étape est donc avant tout politique comme le dévoile son unique discours de cette tournée africaine.

Avec notre envoyé spécial, Christophe Boisbouvier

François Hollande a tenu un long discours de plus de 25 minutes devant son homologue béninois et tout un parterre de personnalités. « Je suis attaché à ce que soit respecté les textes constitutionnels, les échéances électorales et les rythmes de la démocratie », a déclaré jeudi matin le président français à Cotonou. Une allusion claire aux chefs d’Etat qui veulent changer les règles du jeu pour rester au pouvoir. Il a cité l’exemple du Burundi où, dit-il, « ces règles ne sont pas respectées et où l’on en mesure les conséquences pour la paix civile. »

« Mais alors monsieur le président pourquoi n’avez-vous pas cité également l’Angola et le Cameroun où vous vous rendez maintenant et le Congo Brazzaville dont vous allez recevoir le président à Paris la semaine prochaine ? » A cette question posée à la conférence de presse, François Hollande a répondu qu’il n’allait pas changer de discours selon les pays où il se rendait et que les messages passeraient. Et d’ajouter : « Quand ce sont les mêmes qui ont voulu des changements et qui font ensuite des changements aux changements dans le seul but de se perpétuer, eh bien nous disons qu’il y a un risque pour la stabilité de leur pays. »

Jeudi matin donc à Cotonou, sept mois après son discours au sommet de la Francophonie à Dakar, François Hollande a essayé d’infliger une piqure de rappel à tous les bricoleurs de Constitution. La question de Lionel Zinsou, ce nouveau Premier ministre béninois que beaucoup soupçonnent de vouloir se présenter à la présidentielle de l’année prochaine au Bénin avec le soutien de la France, n’a pas été évoquée officiellement. Mais à Cotonou, tout le monde a remarqué le petit aparté entre François Hollande et Lionel Zinsou juste avant la conférence de presse de clôture.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.