Mali: qui est Amadou Koufa, ce prêcheur radical qui inquiète?

Koufa est le nom de son village situé dans la région de Mopti, dans le centre du Mali. Photo : Mopti.
© Getty Images/Friedrich Schmidt

Il vient d'appeler à s'attaquer à la France. Amadou Koufa, prêcheur radical originaire de la région de Mopti, fait beaucoup parler de lui depuis un moment. Ses fidèles ont participé aux dernières attaques survenues au centre du Mali, et plus récemment au sud, vers la frontière ivoirienne. Qui est cet homme considéré comme dangereux par les services de sécurité du Mali et qui joue à l’invisible ?

Amadou Koufa. Koufa est le nom de son village situé dans la région de Mopti. C’est un prêcheur radical qui prône la charia dans des discours enflammés en peul. Et pour plusieurs sources, il est d’abord au centre et au sud le principal allié de Iyad Ag Ghali, chef du groupe islamiste Ansar Dine allié à al-Qaïda au Maghreb islamique. Mamoud Dialla est un sociologue malien. Il a effectué des recherches pointues sur le sujet. « Ils ont étudié ensemble et se sont fréquentés après. Et quand l’histoire du jihadisme a commencé au Nord, ils ont renoué le contact », explique-t-il.

« Amadou Koufa c’est un prêcheur musulman très mobilisé pour la guerre – selon lui – sainte, c’est-à-dire l’application de la charia sur toute l’étendue du territoire malien, poursuit le sociologue. Il a pris les armes pour ça. Il est membre influent de la secte Dawa [une secte fondamentaliste d’obédience pakistanaise, ndlr]. Il a fait des voyages à l’extérieur du pays, notamment au Pakistan et en Mauritanie où il a multiplié les contacts qui lui permettent d’alimenter son réseau aujourd’hui. »

Dans un message enregistré, Amadou Koufa déclare la guerre à la France. Mamoud Dialla a vu et traduit en français le document. « Il dit de combattre l’ennemi de l’islam, les Blancs. Il parle de Blancs, pas de Français », souligne-t-il.

Activement recherché par les forces de sécurité du Mali, Amadou Koufa reste introuvable pour le moment. Dans la coalition des jihadistes ayant récemment attaqué la localité malienne de Nara, située au centre, et celle de Fakola au sud, en bonne place figuraient les disciples de ce prêcheur dangereux.