Mali: un responsable opérationnel d'Aqmi tué par l’armée française

Soldats français de la force Barkhane dans le centre-ville de Gao.
© RFI/David Baché

Au Mali, le jihadiste Mohamed Ali ag Wadoussène a été tué par des membres de l’opération Barkhane. L’homme avait été relâché, il y a quelques mois, par les autorités en échange de l’otage français Serge Lazarevic. Il est mort lors d'une opération des forces spéciales françaises au nord de Kidal.

L'opération des forces françaises a eu lieu dimanche en fin d'après-midi à une cinquantaine de kilomètres au nord de Kidal, à la limite de la zone d'influence d'al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Selon l'état-major français, les forces spéciales sont intervenues pour intercepter un véhicule avec à son bord trois jihadistes. Parmi eux : Mohamed Ali ag Wadoussène. C'est lui qui a été tué. Les deux autres, deux jeunes familliers de Wadoussène, ont été arrêtés. Côté français, deux militaires ont été blessés, mais leur diagnostic vital ne serait pas engagé.

Selon le ministère français de la Défense, cette opération représentait une grosse prise de risque pour les forces françaises, qui ont procédé à des combats au sol face à des hommes déterminés. L'armée française traque depuis des mois les responsables d'Aqmi dans le nord du Mali. La dernière prise majeure était le chef touareg d'Aqmi, Abdelkrim al-Targui, à la mi-mai. « Cette nouvelle opération déstabilise la chaîne de commandement d'une katiba d'Aqmi », indique le porte-parole de l'armée française, et « porte un nouveau coup dur aux groupes armés terroristes au Sahel ». Ce sont les responsables logistiques qui sont dans le viseur des Français actuellement.

Impliqué dans l’enlèvement de Français

Mohamed Ali ag Wadoussène n'est pas un inconnu dans la nébuleuse d'Aqmi au Mali. Son nom est associé à l'enlèvement et à la libération de Serge Lazarevic. C'est en effet lui qui avait enlevé le Français et son compagnon d'infortune Philipe Verdon en novembre 2011. C'est lui aussi qui avait été relâché en décembre dernier avec trois autres jihadistes en échange de la libération du même Serge Lazarevic.

Mohamed Ali ag Wadoussène avait été une première fois arrêté à Gao fin 2011 et placé sous mandat de dépôt à la maison centrale d'arrêt de Bamako pour terrorisme et prise d'otages. Mais il avait réussi à s'évader de la prison en juin 2014, évasion au cours de laquelle il avait assassiné un surveillant de la prison. Il avait finalement été repris un mois plus tard par les forces de défense maliennes à Bamako.

Mohamed Ali ag Wadoussène appartient à une famille connue de Kidal. Sa mère est une des égéries du MNLA. Son oncle Sedane ag Hita, membre d'Aqmi, est cité comme l'un des commanditaires de l'enlèvement et de l'assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, deux reporters de RFI, le 2 novembre 2013 à Kidal.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.