Cameroun: deux attaques attribuées à Boko Haram dans l'extrême-nord

Une des attaques, dans l'extrême-nord du pays, s'est heurtée à des forces de l'armée camerounaise.
© RFI/OR

Au Cameroun, deux attaques en 48h attribuées à Boko Haram dans deux localités de l'extrême-nord du pays. La première a été repoussée par les forces de défense dans la nuit du 6 au 7 juillet et la seconde, mardi matin, a fait trois morts civils appartenant à un comité de vigilance d'un des villages agressés.

De sources militaires, la première attaque a eu lieu dans la localité de Bodo, département de Logone et Chari, près du lac Tchad. Les assaillants, qui ont traversé la frontière par dizaines à bord de véhicules et à moto, ont eu un violent accrochage pendant une heure environ avec une position des forces de défense camerounaise.

Au petit matin, trois corps d’islamistes ont été retrouvé sur place avec un important arsenal d’armes et de munitions. Le lendemain, toujours aux aurores, une autre colonne d’assaillants a croisé une patrouille de jeunes d’un comité de vigilance chargé de la surveillance de villages dans le département du Mayo-Sava. Trois d’entre eux ont été tués mais ils ont réussi à passer l’alerte et à contraindre les insurgés à un repli.

Ces attaques interviennent alors qu’une certaine accalmie règne dans la région depuis quatre à cinq mois. Une stratégie en trompe-l’œil selon l’armée camerounaise, laquelle n’a pas desserré son dispositif et sa vigilance dans l’extrême-nord.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.