Côte d'Ivoire: l'école rendue obligatoire de 6 à 16 ans dès la rentrée

Salle de classe dans une école d'Abidjan.
© Getty/Luca Sage

L'école sera obligatoire dès la rentrée prochaine pour tous les Ivoiriens de 6 à 16 ans. Cette décision a été annoncée ce lundi par le président Alassane Ouattara. Et pour que le projet devienne réalité, 700 milliards de Francs CFA (1,07 milliard d’euros) seront débloqués.

700 milliards de Francs CFA pour que tous les enfants ivoiriens aillent à l'école. Ce projet est une « des grandes ambitions du gouvernement », selon les mots d'Alassane Ouattara. Le chantier semble effectivement conséquent. Au total, plus de 5 000 enseignants seront recrutés, la plupart dans le primaire, et environ 4 500 classes devront être construites.

Une campagne de sensibilisation doit aussi débuter pour convaincre les familles. Le but : intégrer des dizaines de milliers d'enfants au système scolaire. Des mineurs dont beaucoup sont contraints de travailler dans les plantations de cacao, dans des petits commerces ou comme domestique. Au moins un petit Ivoirien sur cinq travaille au quotidien ou occasionnellement, selon le programme international pour l'élimination du travail des enfants.

Joint par RFI, le secrétaire national adjoint du syndicat de l'enseignement primaire public se réjouit de cette décision en forme de « petite révolution ». « C'était une de nos revendications, il ne faut plus qu'il y ait d'enfants dans les rues, déclare Andjou Andjou, mais il sera sans doute difficile de mettre en œuvre cette réforme. » Difficile notamment parce que le temps est compté. Le délai est très court. L'école sera obligatoire dès septembre prochain, dans deux mois.

Le monde enseignant applaudit cette décision

En attendant, le SNEPPCI, le syndicat national de l'enseignement primaire public de Côte d'Ivoire, applaudit cette mesure. « Nous pensons que c’est une bonne décision parce que depuis 2000, les Etats du monde entier ont pris l’engagement de promouvoir l’éducation pour tous, rappelle le secrétaire général du SNEPPCI, Paul Gnelou. Donc nous pensons que si l’école est rendue obligatoire, on peut atteindre cet objectif. Nous sommes au-dessus des 70 % pour le taux de scolarisation au niveau du primaire. Il y a donc près de 30 % d’enfants qui n’arrivent pas à aller à l’école par manque d’infrastructure ou même par manque de moyens financiers des parents. »

Et pour Paul Gnelou, cette décision sera salutaire concernant le travail des enfants : « Notre organisation, le SNEPPCI, lutte contre le travail des enfants et c’est pour ça que nous pensons que si l’école est obligatoire alors les parents auront le devoir de scolariser leurs enfants. »

Mais il espère que le recrutement des enseignants sera à la hauteur des ambitions présidentielles.

Aujourd’hui on est à près de 52 000 enseignants du secondaire. Si on veut rendre vraiment l’école obligatoire, je pense qu’il faut doubler ce nombre-là.
Paul Gnelou
13-07-2015 - Par Olivier Rogez