La Libye ne veut pas du mur de sécurité à sa frontière avec la Tunisie

Près du poste frontalier de Ras Ajdir dans la région de Ben Guerdane, dans le sud-est de la Tunisie, sur la route qui relie le pays à la Libye.
© econostrum.info

La construction d'un mur de sable par la Tunisie sur sa frontière avec la Libye suscite de vives critiques de Tripoli. Le gouvernement libyen non reconnu par la communauté internationale dénonce une « décision unilatérale » de Tunis. Une étape de plus dans la détérioration des relations entre les deux Etats après la fermeture en juin dernier du consulat tunisien en Libye.

En plein désert, les pelleteuses tunisiennes ont déjà commencé la construction du mur de sable de plus de deux mètres et des tranchées remplies d'eau censées protéger 200 des 500 kilomètres d'une frontière poreuse avec la Libye. Tunis espère ainsi empêcher ses jihadistes de s'entraîner dans les camps libyens de l'organisation Etat islamique pour revenir dans leur pays commettre des massacres comme l'ont fait les trois auteurs des attentats du Bardo et de Sousse, tueurs d'une soixantaine de touristes étrangers en trois mois.

Mais côté libyen, la décision ne passe pas : « Toute mesure destinée à sécuriser la frontière entre les deux pays doit faire l'objet de consultations bilatérales, car aucune décision unilatérale ne peut garantir la sécurité. Nous appelons les autorités tunisiennes à coordonner et à dialoguer », prévient le gouvernement de Tripoli dans un communiqué.

Or, Tunis entretient des relations très tendues avec ce gouvernement non reconnu par la communauté internationale. En juin, la Tunisie a fermé son consulat ou dix de ses diplomates avaient été kidnappés par des hommes armés. Un rapt en représailles à l'arrestation en Tunisie pour terrorisme de Walid Glib, un chef des milices Fajr Libya, cette coalition qui avait installé au pouvoir par la force en août dernier l'actuel gouvernement de Tripoli avec lequel Tunis a quasiment rompu ses liens diplomatiques.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.