Boko Haram: «le Tchad ne pliera jamais», assure Idriss Déby

En février 2015, c'est le petit village de Ngouboua, sur les rivages du lac Tchad, qui a été le premier village tchadien des rives du lac à avoir été attaqué par Boko Haram.
© AFP PHOTO / STEPHANE YAS

L'armée tchadienne a repoussé une offensive de Boko Haram hier matin dans la région du Lac Tchad. Les islamistes qui ont lancé l'offensive contre les positions des soldats tchadiens ont perdu 19 hommes et tué un soldat tchadien. Ce même vendredi, le président Déby a appelé à l'union sacrée contre les islamistes.

Le petit village de Koumguia, situé dans une clairière sur les rives du Lac Tchad, a été attaqué aux premières heures de la journée, vendredi matin, par les islamistes. Ces derniers venaient apparemment du Nigeria et sont arrivés à pied. Les eaux du lac n'étant pas encore hautes, ils ont pu traverser sans encombre les marécages de la rive nord du Lac pour arriver à Koumguia.

Face à la riposte de l'armée tchadienne, les islamistes résistent quelques heures avant de décrocher à la mi-journée en direction du Nigeria, abandonnant sur place 19 éléments. L'armée tchadienne perd elle un homme et enregistre quelques blessés. Il n'y a pas de victimes civiles à déplorer le village ayant été vidé de ses habitants.

Sur les rives et dans les îles du Lac Tchad, les positions défensives ont été renforcées pour contrer les assauts d'un ennemi qui attaque par surprise. Koumguia est la quatrième localité des rives du Lac Tchad à être attaquée en une semaine, obligeant les organisations humanitaires à réduire leurs activités.

« Le Tchad ne pliera jamais ! »

Le président tchadien, qui ne s’est pas exprimé depuis un mois sur les attaques des islamistes de Boko Haram contre son pays, a pris la parole hier appelant à l’union sacrée contre les islamistes. Idriss Déby, recevant les vœux de la communauté musulmane, reconnaît que le Tchad est touché certes, mais il reste à l’offensive. « Le Tchad ne pliera jamais, je dit bien jamais, devant Boko Haram, a déclaré Idriss Déby. Nous seront en mesure de faire face et Boko Haram disparaîtra un jour ».

Après avoir rappelé que les Tchadiens doivent faire bloc pour barrer la route aux islamistes, le chef de l’Etat a indiqué qu’il sera désormais intransigeant sur l’interdiction du port du voile intégral appelé burqa. « La burqa ne fait partie ni de notre culture ni de nos traditions ancestrales, ni de notre culture religieuse. La religion musulmane a-t-elle exigé de la femme musulmane de se couvrir tout le corps y compris le visage et le corps ? Non et non ! Et sur ce point précis je ne transigerai pas ! » assure le président tchadien.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.