Gabon: grève des enseignants de l’université Omar Bongo

En 2012, lors d'une visite à l'université Omar Bongo, le président gabonnais Ali Bongo avait été interpelé par des étudiants sur le versement des bourses. Cette fois, ce sont les enseignants qui sont en grève.
© AFP PHOTO / CELIA LEBUR

Au Gabon, les enseignants de l'université Omar Bongo sont en grève. Ils réclament des primes impayées qui représentent une enveloppe de 600 millions de francs CFA. Depuis lundi, les cours sont gelés et les étudiants sont dans l'embarras.

Ils ont garé leur voiture devant l’unique portail du campus pour bloquer toute circulation automobile dans le complexe universitaire. Ils ont ensuite installé des chaises en plastiques et veillé sous le soleil sans faire de bruit. Près de 250 enseignants sont concernés par cette nouvelle grève.

« Nous sommes au piquet de grève parce que nous revendiquons le paiement de deux mois de PIR, la Prime d’incitation à la recherche, et la restitution de bons de caisse séquestrés depuis le mois de mai », explique Mike Moukala Ndoumou, le leader du mouvement. Et ce mouvement ne sera levé que : « Si les bons de caisse sont restitués et si les deux mois de la PIR sont payés. »

La grève intervient en pleine période d’examen, du coup les étudiants qui étaient sur le point de boucler leurs sessions sont désemparés. « Franchement, ça m’embête », confie une étudiante. Dans l’ensemble, les étudiants se sentent totalement pénalisés : « Nous sommes maintenant dans l’imbroglio par rapport au mouvement des enseignants, on ne sait plus où nous en sommes en fait. Ce sont nos vacances qui vont en prendre un coup. Du moment qu’ils sont en grève, on ne peut rien faire. »

Le gouvernement n’a pas encore ouvert de négociations. Mardi, le ministre de l’Enseignement supérieur a dépêché son secrétaire général pour écouter les grévistes, mais l’espoir de sortir rapidement de la crise est mince.