COP21: l’Afrique centrale soumet ses propositions pour le climat

Photographie aérienne d'un village camerounais, bordant le lac Tchad.
© USGS

A l'approche de la conférence mondiale sur le climat, qui se tiendra en décembre à Paris, les pays d'Afrique centrale tentent de parler d'une seule voix. Des ONG et parlementaires de la région ont adopté, ce mercredi, des positions et propositions communes à soumettre lors de la rencontre. Ils attendent notamment que les pays du Nord, principaux contributeurs au réchauffement climatique, prennent leurs responsabilités.

C'est un document de six pages que la société civile et les parlementaires des pays d'Afrique centrale ont élaboré à l'attention des dirigeants de la planète qui se réuniront à Paris entre novembre et décembre prochain. Le document est un condensé des propositions et suggestions des mesures urgentes à prendre pour réduire le réchauffement de la planète.

« Premier acquis de ce forum : une Afrique, une voix, une position, explique le professeur Anaclet Bissielo, président du forum de Libreville. La déclaration met l’accent sur la responsabilité des Etats du Nord dans les évolutions climatiques qui nous menacent aujourd’hui. La déclaration revient aussi sur le fait que ces risques climatiques pèsent davantage sur le continent africain et sur les populations pauvres. En conséquence, est posé le problème de la péréquation, le niveau de contribution selon que l’on est principal pollueur ou grand pollueur. »

Adoum Moustafa Brahimin, député tchadien, se déclare ravi du plaidoyer en faveur du lac Tchad : « Si cette déclaration est appliquée, cela nous donne l’espoir et cela donne l’espoir à toute la population africaine. » La déclaration de Libreville sera remise au chef de l'Etat gabonais, Ali Bongo, qui la soumettra à Paris en sa qualité de président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).