Congo-Brazzaville: les conclusions du dialogue de Sibiti remis au président

Le président congolais Denis Sassou-Nguesso, à Bruxelles, le 3 mars 2015.
© AFP PHOTO / THIERRY CHARLIER

Le bras de fer se poursuit au Congo-Brazzaville entre les partisans d'une révision de la Constitution et ceux qui y sont opposés. Les participants au dialogue national de Sibiti se sont montrés favorables à la tenue d'un référendum sur cette question constitutionnelle. Les conclusions du dialogue ont été remises officiellement au président, lundi, qui doit maintenant décider de la suite à donner à ces messages. Parallèlement, les opposants continuent leur dialogue alternatif, jusqu'à demain.

« Les conclusions des travaux du dialogue national sont transmises au président de la République par le présidium... Ainsi, j’ai l’insigne honneur de remettre solennellement à Votre Excellence les conclusions de ce dialogue ». Et c’est après ces mots qu’André Obami Itou, président du Sénat et président du présidium des travaux du dialogue de Sibiti, a transmis les conclusions au chef de l’Etat, Denis Sassou-Nguesso, qui a promis d’en faire bon usage.

Ensuite, monsieur Obami Itou est revenu sur le climat observé durant le dialogue : « Le dialogue national inclusif de Sibiti a été un haut moment d’échanges. Il était plutôt une démonstration des vertus du dialogue, de la fraternité, et en même temps une occasion d’affermissement de notre jeune démocratie ».

La grande décision du dialogue de Sibiti est d’aller au changement de la Constitution. Ce changement est rejeté par les opposants, qui tiennent un dialogue alternatif depuis deux jours. Un dialogue auquel participe Claudine Munari, la présidente du Mouvement pour l’unité, la solidarité et le travail : « Cette Constitution dure depuis deux mandats. On a travaillé dessus. On n’a pas eu à dire : cette Constitution nous empêche de faire ceci et cela. Quand nous arriverons à la fin du match, on dit : on va changer les règles du jeu. Est-ce que vous allez accepter ça ? »