Municipales à Madagascar: l'ombre de Marc Ravalomanana derrière Lalao

A travers Lalao Ravalomanana (C), c'est l'ex-président Marc Ravalomanana (G) que les électeurs ont plébiscité à Antananarivo.
© AFP PHOTO / RIJASOLO

A Madagascar, les élections municipales ont été marquées par un taux d'abstention record. Pas de chiffres officiels pour le moment, mais elle avoisinerait les 80% dans certaines localités, 70% dans la capitale. Même si les résultats ne sont pas encore connus, à Antananarivo, Lalao Ravalomanana, la femme de Marc Ravalomanana a déjà revendiqué la victoire. Mais à travers elle, c'est bien l’ex-président qui signe un retour en force en politique.

Environ 55,9% des voix. C'est le score revendiqué au QG de campagne de Lalao Ravalomanana, même si du côté de la Commission électorale on reste prudent et qu'aucun résultat officiel n'a encore été publié. Une victoire de la candidate du parti TIM ne surprendrait toutefois personne. Elle était favorite du scrutin. Sa principale concurrente, Lalatiana Rakotondrazafy, soutenue par le Mapar d'Andry Rajoelina a d'ailleurs reconnu sa défaite à demi-mot. Et les deux formations devront donc se partager le pouvoir au conseil municipal.

Pourtant, même si elle a dirigé pendant un temps le groupe Tiko, l'empire familial, Lalao Ravalomanana n'a aucune expérience politique. Et de nombreux observateurs doutent de sa capacité à diriger la ville. En fait, dans la capitale, à travers son vote pour Lalao Ravalomanana, c'est son mari Marc Ravalomanana que la population a plébiscité. Il pourrait d'ailleurs jouer le rôle de conseiller auprès de sa femme.

L'ancien président, rentré d'exil depuis à peine dix mois, est donc bien de retour sur l'échiquier politique. Et pour lui, les élections communales ne représentent qu'un premier pas sur le chemin de la présidentielle de 2018. Au début des années 2000, il s'était déjà servi de son poste de maire d'Antananarivo comme tremplin pour devenir président de la République.