Affaire Nkandla: la médiatrice défend son rapport, de nouveau critiqué

La médiatrice de la République,Thuli Madonsela, a de nouveau défendu son rapport après les critiques d'un comité parlementaire.
© AFP PHOTO / STRINGER = SOUTH AFRICA OUT =

En Afrique du Sud, la médiatrice de la République, Thuli Madonsela, a défendu une nouvelle fois son rapport sur l'affaire Nkandla, après une série de nouvelles mises en cause. Il y a un an et demi, elle publiait son rapport sur les luxueux aménagements réalisés dans la résidence secondaire de Jacob Zuma. La médiatrice y indiquait que ce dernier devait rembourser au moins une partie des 19 millions d'euros investis. Depuis, ses recommandations n'ont cessées d'être remises en question.

Depuis quelques mois, le rapport de la médiatrice sur l’affaire Nkandla est malmené. Fin mai, le ministre de la Police a présenté son propre rapport, qui blanchit totalement Jacob Zuma. Et la semaine dernière, un comité parlementaire a estimé que Thuli Madonsela n'aurait pas dû écrire que le président vit dans « le confort et la sécurité ».

Le comité parlementaire, chargé de valider le rapport du ministre de la Police, a décidé de ne pas entendre la médiatrice de la République la semaine dernière. Son président a pourtant estimé que son rapport était « trompeur » et qu'elle avait induit la nation en erreur.

Thuli Madonsela a donc répondu devant la presse, pour corriger ces « déclarations erronées » selon elle. Le rapport du ministre de la Police, et les conclusions du comité parlementaire n'ont « aucune base légale ». Et la médiatrice rappelle qu'en vertu de la Constitution, ses conclusions ne devraient pas être remises en cause.

Très calme, la médiatrice de la République a dénoncé les « attaques vicieuses » dont elle fait l'objet depuis des mois. Et « une tendance inquiétante » à réduire les budgets qui lui sont alloués. Tout en niant fermement être en guerre contre le président Zuma, elle a appelé les sud-africains à défendre le médiateur de la république, « une institution essentielle pour garantir une démocratie crédible », selon elle.

Par ailleurs, Thuli Madonsela a engagé des consultations pour connaître ses recours juridiques contre le rapport du ministre de la Police. Même si une action en justice ne sera envisagée en dernier recours.