Congo: une nouvelle coalition contre une réforme de la Constitution

L'objectif principal de cette nouvelle coalition est d'empêcher le référendum visant à savoir si le président Denis Sassou-Nguesso peut ou non briguer un troisième mandat.
© AFP PHOTO / THIERRY CHARLIER

Au Congo-Brazzaville, des personnalités de la mouvance présidentielle et de l'opposition ont adopté les statuts d'une nouvelle plateforme politique. « Initiative pour la démocratie au Congo » se veut un mouvement de résistance pacifique au projet du pouvoir de changer la Constitution, en vue de l'élection présidentielle de 2016. Présidée par René Serge Blanchard Oba, le neveu du président, cette plateforme réunit plusieurs coalitions de l'opposition, dont le Frocad, le Front républicain pour le respect de l'ordre constitutionnel et l'alternance démocratique.

Cette nouvelle plateforme réunit des opposants, mais aussi des députés et des ministres issus de la mouvance présidentielle. Cette organisation dénonce pêle-mêle une série de dysfonctionnements. Elle préconise un avant projet de code électoral, la mise en place d'une nouvelle Commission électorale et un découpage électoral « aux normes internationales ».

Mais la priorité de cette coalition, c'est d'empêcher la tenue d'un référendum visant à déterminer si le président sortant, Denis Sassou-Nguesso, peut ou non, briguer un troisième mandat.

C’est ce qu'explique Mabio Mavoungou Zinga, un député de la majorité. « Si tant est que le pouvoir s’entêtait à violer la Constitution en nous conduisant au référendum, nous serons obligés de nous défendre conformément au dispositif constitutionnel, c’est-à-dire par le biais d’une résistance pacifique. Ça peut être une grève larvée de manière générale sur l’ensemble du territoire ou des journées villes mortes, tout simplement. »

La mouvance présidentielle regarde d'un œil distant ce qu'elle considère comme une « énième plateforme ». Pour le parti au pouvoir, la question du référendum a déjà été tranchée lors de la conférence organisée à Sibiti du 13 au 17 juillet dernier.

Bienvenu Okiemy est le porte-parole du gouvernement. « Ils pensent la société congolaise en terme polémiques mais nullement en terme de projets politiques concrets. Un dialogue national a été organisé à Sibiti dernièrement. Lors de ce dialogue de Sibiti, un consensus est ressorti de là. Une, deux, trois personnes ne sont pas venues à Sibiti. Doit-on tout réorganiser pour ces personnes ? »

Le communiqué final de la plateforme « Initiative pour la démocratie au Congo » devrait être transmis au chef de l'Etat ce mardi 4 août. Lundi soir, René Serge Blanchard, neveu du président et signataire de cette plateforme, a été interdit de sortir du territoire par la police des Frontières à l'aéroport de Brazzaville. Aucun motif ne lui a été signifié, selon ses proches.