Mauritanie: un ancien porte-parole d'Ansar Dine a été libéré

Sanda Ould Boumama a été le porte-parole d'Ansar Dine, justifiant notamment les destructions des mausolées de Tombouctou.
© Photo du site de l'agence ANI: ani.mr

Sanda Ould Boumama est libre depuis lundi, bien que l’information soit tombée mardi 4 août. Ce Mauritanien d'origine malienne a été pendant des mois le porte-parole du mouvement Ansar Dine pendant l'occupation jihadiste à Tombouctou et Gao au Mali. En mai 2013 il s'était rendu aux forces mauritaniennes pour échapper à l'intervention militaire française au Mali. Pendant plus de deux ans il a été détenu au secret, sans être jugé, avant donc d'être libéré lundi 3 août à Nouakchott.

Durant les deux ans de sa détention, Sanda Ould Boumama n'a jamais eu à faire à la justice mauritanienne. Il n'a donc jamais été présenté à un juge, et n'a jamais fait l'objet d'une quelconque condamnation.

Sa libération intervient donc elle aussi hors de tout cadre de juridique. Mais ce régime spécial ne veut pas dire qu'il n'a pas été interrogé. S'il sort aujourd'hui, c'est d'ailleurs probablement que les services de renseignements mauritaniens ont obtenu tout ce qui était possible de lui.

Y a t-il eu une contrepartie à sa libération ? Ou est-il simplement remercié pour avoir coopéré après s'être livré de lui-même ? « Il y a certainement eu un deal » assure un avocat mauritanien sans savoir précisément de quelle nature. « S'il sort, c'est qu'il n'a pas plus la capacité de nuire » estime une source sécuritaire mauritanienne qui se veut rassurante.

Selon certains médias, Sanda Ould Boumama aurait pris l'engagement de ne plus porter atteinte à la Mauritanie ni à ses voisins. Si cela se confirme il n'en reste pas moins l'homme qui pendant des mois a été une des chevilles ouvrières du groupe Ansar Dine. Et qui a justifié et défendu aussi bien les lapidations que les destructions de mausolées à Tombouctou.