Republier
RDC Justice

Procès Chebeya: les parties civiles chargent les accusés

La Cour militaire de Kinshasa à l'ouverture du procès des huit policiers soupçonnés du meurtre de Floribert Chebeya, le 12 novembre 2010.
© AFP/GWENN DUBOURTHOUMIEU

En RDC, le procès des assassins de Floribert Chebeya se poursuit devant la Haute Cour militaire de Kinshasa. Dans leurs plaidoiries, les avocats des parties civiles ont tenté de démontrer que les policiers, qui ont assassiné le défenseur des droits de l'homme et son chauffeur, avaient agi de concert, comme une véritable bande organisée.

Dans le box des accusés, silencieux, les cinq prévenus suivent attentivement les longues plaidoiries des avocats des parties civiles. D’abord maître Kabengele Ilunga qui tente de démontrer que les assassins de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana ont agi en bande organisée. Entre autres preuves, l’avocat cite la couverture que selon lui le général John Numbi a accordée aux fugitifs, Christian Ngoy Kenga Kenga et Jacques Mugabo, pour qu’ils échappent à la justice.

L’ancien inspecteur général de la police nationale congolaise avait déclaré que ces prévenus fugitifs étaient en congé. Et maître Kabengele Ilunga ajoute aussitôt qu’en revanche, devant la même cour au premier degré, le responsable des ressources humaines de la police d’intervention rapide avait dit qu’ils avaient déserté. C’est l’occasion pour le même conseil des parties civiles de relever ce qu’il appelle «les incohérences dans l’arrêt rendu au premier degré». Des incohérences qui, ajoute-t-il, ont conduit à saisir la justice au second degré.

Enfin se pose la question des préjudices subis. Maître Régine Sesep et son confrère Elie Mbikayi Muamba parlent de la gravité et de l’étendue des préjudices subis. La Haute Cour militaire leur demande de chiffrer leur prétention d’indemnisation au moment de déposer leurs notes des plaidoiries.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.