Madagascar: les locaux de Viva, la radio d'Andry Rajoelina, saccagés

La station Viva appartient à Andry Rajoelina et dans la ville, la candidate du parti d’Andry Rajoelina conteste sa défaite et dénonce des fraudes lors des élections communales.
© AFP PHOTO / RIJASOLO

A Madagascar, les locaux de la station de radio et de télévision Viva, à Fianarantsoa, dans le centre-est du pays, ont été saccagés dans la nuit de vendredi à samedi. Sept ou huit personnes, dont plusieurs cagoulées et armées, sont entrées et ont détruit le matériel de diffusion. Depuis plusieurs jours, la station diffusait des messages de contestation des résultats des élections communales.

C’est peu avant 3 h du matin dans la nuit de vendredi à samedi que la station de radio et de télévision Viva de Fianarantsoa a été vandalisée. « Des personnes cagoulées et armées ont pénétré dans les locaux de notre bureau à Fianarantsoa, rapporte Fetraniaina Maminbahoaka, le rédacteur en chef adjoint de Viva. Ils ont saccagé le matériel, la régie, ils ont emmené avec eux l’émetteur de la radio et ils ont détruit l’émetteur de la télévision Viva. »

La station Viva appartient à Andry Rajoelina et dans la ville, la candidate du parti d’Andry Rajoelina conteste sa défaite et dénonce des fraudes lors des élections communales. Ces messages étaient diffusés sur Viva depuis quelques jours. « Ces derniers temps, nous avons publié des informations qui peut-être n’ont pas plu à tout le monde et c’est peut-être la raison, explique Fetraniaina Maminbahoaka. Mais ce qui est sûr pour nous, c’est que ces actes ont été commandités. Par qui ? Nous attendons l’enquête, nous avons déposé une plainte aux autorités locales. »

La gendarmerie affirme avoir plusieurs pistes déjà. De son côté, le Syndicat des journalistes de Madagascar a publié un communiqué pour dénoncer l’attaque : « Rien, et surtout pas les divergences d'opinions politiques, ne peut justifier de tels actes barbares ».