Burundi: les imbonerakure répondent aux accusations

Un manifestant arrêté par la police lors d'une manifestation de l'opposition à Bujumbura, le 17 avril 2015.
© REUTERS/Jean Pierre Aime Harerimana

Le Haut commissariat aux droits de l'homme et l'ONG Human Rights Watch (HRW) ont dénoncé la multiplication de cas de détentions arbitraires, tortures et mauvais traitements au Burundi depuis le début de la crise. Dans un document rendu public hier, l'organisation américaine de défense des droits de l'homme dit avoir documenté 148 cas dans les provinces, comme à Bujumbura, la capitale. Si comme le Haut commissariat, elle pointe du doigt la responsabilité d'agents du service national des renseignements et de la police dans ces violations des droits de l'homme, elle insiste sur le rôle joué par les jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure, qui se comporteraient comme des supplétifs des forces de sécurité, arrêtant, tabassant des présumés opposants. Pour le secrétaire général de la Ligue de la jeunesse du parti au pouvoir, Paul Ndimubandi, ces accusations sont fausses, les Imbonerakure sont une jeunesse de parti politique comme une autre. Il déplore surtout que HRW ne s'intéresse pas aux exactions dont ses membres sont victimes.

Les membres de la Ligue des jeunes ont été vraiment torturés, à tel point que certains ont été brûlés vifs !

Paul Ndimubandi, secrétaire général de la Ligue de la jeunesse du parti au pouvoir
08-08-2015 - Par Sonia Rolley

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.