Libye: nouvelle attaque-suicide du groupe EI à Derna

Des membres d'une milice pro-gouvernementale, dans la province de Derna, le 16 juin 2015.
© REUTERS/Stringer

Dans l'est de la Libye, la ville de Derna a été frappée dimanche 9 août par une nouvelle attaque-suicide. Un attentat à la voiture piégée revendiqué par le groupe Etat islamique, qui a fait au moins huit morts et une vingtaine de blessés. Comme souvent avec ce mouvement, c'est un jihadiste étranger qui a mené cette attaque, un kamikaze originaire du Soudan.

Comme à son habitude, la branche libyenne de l'organisation Etat islamique a diffusé une photo de son kamikaze pour revendiquer son attaque. Souriant, barbu, en treillis militaire, Abu Jafaar, visiblement âgé d'une vingtaine d'années à peine, est présenté comme un Soudanais.

Dimanche, ce jihadiste a projeté une voiture bourrée d'explosifs contre les positions ennemies du Conseil des moudjahidines de Derna, faisant au moins huit morts et une vingtaine de blessés. Mi-juin, cette coalition de jihadistes proche d'al-Qaïda, menée par la brigade Abu Salim et des vétérans libyens d'Afghanistan, est parvenue à chasser le groupe EI de Derna après quelques jours de combats et un soulèvement populaire.

Positions du groupe jihadiste bombardées

Avec des jihadistes revenus de Syrie et d'Irak, l’organisation avait fait pendant un an de Derna l'un de ses deux fiefs en Libye. Depuis sa déroute, ses combattants sont repoussés à la périphérie de la ville, et tentent de revenir à coup d'attentats. Dimanche, en même temps que cette attaque suicide, le groupe EI a une nouvelle fois tenté un assaut contre le Conseil des moudjahidines, qui est parvenu à le repousser.

Par ailleurs autour de Derna, les positions du groupe jihadiste ont été bombardées par des raids du gouvernement reconnu par la communauté internationale. Une situation paradoxale puisque ces bombardements en font un allié de circonstance d'une coalition jihadiste soutenue par son ennemi, le gouvernement de Tripoli.

→ À RELIRE : Libye: vers une confrontation entre islamistes et jihadistes