RCA: la CEEAC confirme le report de la fin de la transition

La présidente de la transition Catherine Samba Panza.
© REUTERS/Siegfried Modola

En Centrafrique, les autorités cherchent à couper court à toute spéculation sur la légalité de la prolongation de la transition. Elles annoncent qu'elles ont reçu, ce mardi 11 août un courrier du président en exercice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique Centrale (CEEAC). Le Gabonais Ali Bongo prend acte du nouveau délai accordé aux autorités de la transition. RFI a pu se procurer une copie de ce courrier qui mentionne la date du 30 décembre prochain. Marcel Djimasse, conseiller spécial auprès de la primature se réjouit de cette « clarification ».

« La lettre est arrivée en plein milieu d’après-midi. C’est une lettre signée par le président en exercice de la CEEAC, Ali Bongo, le président gabonais », confirme Marcel Djimasse, conseiller spécial aux Affaires politiques et institutionnelles à la primature centrafricaine. Cette lettre prend acte de la prolongation de la transition de fin août à fin décembre, au 30 décembre plus précisément. »

Pour le conseiller cette lettre est conforme à la demande qui a été formulée par les trois têtes de la transition, mais confirme également les décisions prises par les pays de la sous-région. « Elle est également conforme aussi à la décision qui a été prise par le sommet de Ndjamena, des chefs d’Etat de la CEEAC. »

Faire baisser la tension

Il espère également que ce courrier attendu fera baisser la tension. « Ces derniers jours, on a vu circuler des tracts qui demandaient expressément la démission des deux têtes de l’Exécutif de la transition, explique-t-il. On a vu des pétitions circuler toujours dans le même sens. »

Selon lui, « des manifestations se préparent », et des hommes politiques, dans certaines émissions, sur des plateaux de radio disent « tout à fait à tort que le 17 août signait la fin de la transition actuelle ». Marcel Djimasse espère ainsi qu’avec « formulation nette et claire de cette correspondance, on puisse enfin voir les esprits s’apaiser et qu’on s’attèle tous à la préparation des élections. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.