Belmokhtar serait vivant et à la tête d'al-Qaïda en Afrique de l'Ouest

Mokhtar Belmokhtar, dans une vidéo non datée et diffusée, après le 16 janvier 2013.
© REUTERS/Belmokhtar Brigade/Handout

Le chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar fait reparler de lui. Donné pour mort par la Libye en juin dernier, il devient selon un communiqué diffusé par son mouvement al-Mourabitoune, le chef d'al-Qaïda en Afrique de l'Ouest.

Le communiqué est daté du 21 juillet dernier et diffusé tout récemment le 13 août. Selon SITE, le site de surveillance, en ligne des activités jihadistes, Mokhtar Belmokhtar a été désigné par les responsables du groupe comme émir d'al-Qaïda en Afrique de l'Ouest. Une nouvelle appellation qui pourrait confirmer l'encrage du groupe de Belmokhtar dans la lignée d'al-Qaïda.

En mai, un des chefs d'al-Mourabitoune avait annoncé le ralliement du mouvement à l'organisation Etat islamique, une information très vite démentie par un communiqué attribué à Belmokhtar.

Ces dernières années, Belmokhtar avait pris ses distances avec al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et son représentant au Mali Abou Zeid. Il s'était rapproché du Mujao, Le mouvement pour l'Unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest. Il était resté cependant très proche de l'Algérien Droukdel, le grand chef d'Aqmi.

Selon des sources occidentales de renseignement, le jihadiste algérien Belmokhtar est aujourd'hui le chef jihadiste tout-puissant dans le Sahel.

En juin dernier, des sources libyennes assuraient qu'il avait été tué par une frappe américaine. Les américains ont mis sa tête à prix à 5 millions de dollars après l'attaque contre le complexe gazier d'In Amenas dans le sud algérien en janvier 2013 dans laquelle 40 personnes ont trouvé la mort.