Le retour manqué de Dadis Camara en Guinée

Le capitaine Moussa Dadis Camara (ici en 2008) est désormais réfugié au Burkina Faso.
© Laurent Correau / RFI

Plusieurs centaines de personnes se sont rendues ce samedi à l'aéroport de Conakry pour y accueillir l'ex-président Dadis Camara. L'ex-chef de la junte guinéenne -qui a dirigé le pays de fin 2008 à fin 2009- est toujours réfugié au Burkina Faso. S'il a exprimé son intention de participer aux prochaines élections en Guinée, il n'avait pas annoncé formellement son retour pour autant. C'est ce qu'a affirmé son avocat à Ouagadougou. Mais ses sympathisants sont malgré tout venus l'attendre à l'aéroport.

Une foule compacte de sympathisants et curieux attendait Moussa Dadis Camara. « Ils sont venus accueillir Dadis Camara. L’accueillir parce qu'il est possible qu’il rentre chez lui. Le peuple guinéen est là à l’écoute, nous sommes vraiment fiers de l’accueillir » explique un homme. « Je t’aime Dadis Camara ! Moi, je m’appelle Ségolin. Dadis Camara, je t’aime, je le veux, lui-même et son parti ! » lance un autre.

L'attente déçue des partisans de Moussa Dadis Camara - Ecoutez le reportage
16-08-2015 - Par Moktar Bah

La foule était massée depuis plusieurs heures devant l’aéroport de Conakry pour voir, toucher et saluer l’ex-numéro un de la junte. Parmi les sympathisants, Papa Koly Kourouma, ministre d’Etat, conseiller à la présidence de la République et proche du capitaine Dadis Camara. « Nous attendons le président Dadis, comme tous les amis sympathisants et militants du parti FPDD [Forces patriotiques pour la démocratie et le développement] ... Mais malheureusement, il n’a pas pu faire le déplacement hier, pour des raisons que nous ignorons encore. »

Le ministre se déclare content de la présence des sympathisants. « Cette foule immense qui attend, nous donne vraiment une satisfaction, ça veut dire que le président est attendu, ça veut dire que son peuple a besoin de le voir et il est encore dans le cœur des Guinéens » poursuit Papa Koly Kourouma.

Un citoyen guinéen libre mais empêché de retourner chez lui ? C’est une question qui circulait chez ses sympathisants. « C’est un Guinéen, il est libre de rentrer chez lui, déclare cette femme. Alors je ne sais pas pourquoi exceptionnellement on le fait bloquer... Nous allons poser la question à l’autorité guinéenne pour savoir pourquoi on n’autorise pas le président Dadis de rentrer chez lui en tant que citoyen libre. »