Côte d'Ivoire: le mouvement de Blé Goudé devient un parti politique

Charles Blé Goudé, ancien leader des «jeunes patriotes» qui viennent de se constituer en parti politique, est incarcéré à La Haye.
© AFP PHOTO / POOL / MICHAEL KOOREN

En Côte d'ivoire, le Cojep, mouvement créé par Charles Blé Goudé, s'est transformé en parti politique à la suite d'un congrès qui s'est tenu du 14 au 16 août. L'ancien leader de la galaxie patriotique, incarcéré à la Haye, appelle à des discussions inclusives entre le pouvoir et l'opposition pour des élections apaisées en octobre 2015.

C'est à Grand Alépé, près d'Abidjan, que le Congrès panafricain des jeunes et des patriotes a décidé de se constituer en parti politique. Le sigle Cojep signifie désormais Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples.

Depuis sa cellule à La Haye, le fondateur du Cojep, Charles Blé Goudé, a annoncé que son nouveau parti se battra pour la paix dans le pays mais qu'il ne se présentera pas à la présidentielle d'octobre prochain.

Toutefois, selon son secrétaire exécutif, le parti n'exclut pas une participation aux autres élections si les conditions s'y prêtent. « Quand on créé un parti politique c’est pour participer à la vie du pays et aller à des postes électifs. Mais c’est seulement les conditions de ces élections-là qu’il faut revoir et, là, nous sommes intransigeants là-dessus. »

En l'absence de Charles Blé Goudé, c'est Hyacinthe Nogbou, un universitaire, qui devient le nouveau patron du parti. Il assure cependant que les décisions seront prises en consultation avec l'ancien leader des « jeunes patriotes ». « Je ne ferais pas une injure à Charle Blé Goudé, comme les autres le font. Je vais aller le voir et ensemble nous allons réfléchir. Il est militant du Cojep. Nous travaillons toujours, il n’y a pas de problème », assure Hyacinthe Nogbou.

Le nouveau parti a tenu à préciser son soutien à l'ancien président Laurent Gbagbo dont la libération, selon Hyacinthe Nogbou, n'est pas l'apanage d'un groupe. Notons cependant que si le FPI se présente comme le partenaire naturel des « jeunes patriotes », il a brillé par son absence lors de ce congrès.