Climat et terrorisme pour une visite inattendue de Boni Yayi en France

Le président français François Hollande et son homologue béninois Thomas Boni Yayi à l'Elysée à Paris, le 18 août 2015.
© REUTERS/Regis Duvignau

Le président béninois s'est entretenu avec François Hollande mardi matin à l'Elysée. Une visite inattendue. Thomas Boni Yayi était déjà venu à Paris en juin dernier, avant d'accueillir à son tour le président français à Cotonou début juillet. Les deux chefs d'Etat ont notamment évoqué le groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Boko Haram) et la prochaine conférence sur le climat.

L'entretien avec François Hollande a duré en tout et pour tout une demi-heure. Après plusieurs poignées de mains et de rapides embrassades, Thomas Boni Yayi, pressé de regagner sa voiture, a fait une courte déclaration à la presse. Il a exprimé les besoins financiers de l'Afrique pour faire face aux changements climatiques et a rappelé son soutien à la conférence mondiale sur le climat qui se tiendra a Paris en novembre. « Je suis venu dire au président qu’il a l’appui de tout un continent, a déclaré le président béninois. Et pour lancer une espèce de SOS pour que la conférence de Paris soit véritablement un succès. Le Bénin veut être l’ambassadeur pour cette question. En tout cas, Paris pour nous est un véritable espoir. »

L'Elysée a de son côté ajouté dans un communiqué que les deux chefs d'Etat avaient abordé le sujet de Boko Haram, qui se fait maintenant appeler groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest. Le Bénin vient en effet tout juste d'annoncer l'envoi de 800 hommes dans le cadre de la nouvelle force régionale chargée de combattre la secte islamique.

Cette visite inattendue de Thomas Boni Yayi intervient alors que son pays se prépare pour la présidentielle de février 2016. La veille, l'homme d'affaires Patrice Talon, le principal rival du président, avait laissé entendre qu'il briguerait la présidence.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.