Republier
RCA ONU

RCA: des casques bleus mis en cause dans trois nouveaux cas de viols

Des casques bleus à Bangui le 15 octobre 2014.
© AFP PHOTO / STRINGER

Trois soldats de la mission des Nations unies en Centrafrique sont accusés d'avoir violé trois jeunes femmes il y a quelques semaines, a indiqué mercredi une porte-parole de l’ONU. Une déclaration qui arrive une semaine après le renvoi du chef de la Minusca pour des faits similaires.

Ces viols présumés auraient été commis dans la ville de Bambari, au nord-est de Bangui, alors que le contingent de la Minusca se trouvait en mission. Trois casques bleus sont mis en cause par trois jeunes femmes. Parmi les victimes figure une mineure.

L'ONU n'a pas confirmé la nationalité des soldats incriminés, mais à ce jour seule la République démocratique du Congo a des troupes déployées à Bambari. Le pays dont les soldats sont originaires a été informé par les Nations unies. Il doit dans un délai de dix jours indiquer s'il a l'intention d'enquêter. Si le pays répond par la négative, c'est l'ONU qui mènera sa propre enquête.

Ce n'est pas la première fois que les soldats de la paix déployés dans le pays font face à de telles allégations. Ces nouveaux cas de viols ont d'ailleurs été signalés par les familles des trois victimes à la Minusca le 12 août, jour du renvoi de Babacar Gaye. L'ancien chef de la mission de l'ONU en Centrafrique avait été limogé par le secrétaire général Ban Ki-moon après une série d'accusations d'abus sexuels contre des enfants au sein de la Minusca.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.